Pour Lakevio

 

lakevio

Ce mur est triste et sale, salement triste.

Que m’évoque le mot « mur » ?

Dans ma folle jeunesse, j’ai « fait le mur » pour aller danser. Mon père ne voulait pas me laisser sortir, eh bien je sautais par la fenêtre (avec la complicité de ma Maman), oh ce n’était pas très haut mais il me fallait bien remonter encore la mini-jupe pour enjamber cette issue de secours improvisée. Comme toute chose a une fin, par une belle nuit étoilée je me suis fait piquer et mon père m’a filé une raclée pas piquée des vers. Je suis retournée derrière les murs de ma prison. Murée dans le silence de ma révolte. Avec la consolation de savoir qu’un jour le mur s’écroulerait et que je pourrai m’enfuir.

Il m’est arrivé de foncer droit dans un mur (comme le bélier que je suis) mais sans gravité puisque j’ai pu rapidement me relever et repartir de plus belle.

Il y a des jours où je lancerais bien ma vie contre le mur pour la passer de fêlure à brisure… mais non ! je rigooole, je l’aime trop ma life et je pense qu’il y a encore sur cette terre deux-trois personnes qui ont encore besoin de moi. Et qui m’aimeeuuuu !

Kids United - "On écrit sur les murs" - FCF