Pralinensavoie... et parfois ailleurs

23 avril 2015

Balades de cette semaine

2Randonnée tout près de chez moi en début de semaine, le col du Banchet et sa jolie chapelle. Le temps des jonquilles est passé, les foules ont déserté les lieux, tant mieux on est tranquilles. Les premières orchidées font leur apparition.

 

1Nous continuons la montée pour atteindre les ruines du château de Montbel. Des panneaux signalent que le site est devenu dangereux à cause des probables chutes de pierres… «danger de mort» mais héroïquement  je brave l’interdit pour réaliser cette photo.

 

aHier petit tour en Chartreuse. Le désert d’Entremont. Nous empruntons les pistes de raquettes et ski de fond.

 

 

bLa météo est idéale, nous atteignons le col du Mollard.

 

 

cAu fur et à mesure que nous avançons, nous trouvons encore quelques traces de l’hiver. Les boules de neige fusent de toutes part, nos rires aussi, je parle aux oiseaux en les imitant.

 

 

dEn redescendant nous découvrons une prairie à crocus, magnifique, nous ne savons où poser les pieds pour ne pas écraser ces fleurs printanières.

 

e

 

Demain et après demain seront des journées d’astronomie… mais j’en reparlerai. En attendant, je vous souhaite un heureux week-end.

Posté par Prali à 22:20 - - Commentaires [35] - Permalien [#]


22 avril 2015

Quinze ans déjà

Daniel, mon amour, mon époux, le papa des mes enfants, cela fait quinze ans aujourd’hui que tu t’es endormi dans mes bras, définitivement. C’est si loin et si proche. Je me souviens comme si c’était hier, nous passions le week-end pascal dans notre jolie et coquette résidence de la France profonde. Le printemps éclatait de toutes parts, les oiseaux chantaient si fort ce jour-là ! J’avais acheté de quoi préparer un bon repas de famille le lendemain, pour fêter nos anniversaires.

Ce coin riant et verdoyant de mon Bourbonnais natal était ton paradis. Tu es mort dans ton paradis.  Nous avions acheté cette propriété en 1982 et les jours heureux que nous y connûmes, avec nos enfants, m’avaient réconciliée avec cette région où j’avais vécu une enfance sans joie.

soleil

Nous avons savouré là tant de moments de bonheur. Bonheur festif lorsque nous réunissions famille et amis autour de la grande table dans la maison ou à l’ombre du sapin dans la cour, bonheur calme lorsque nous nous retrouvions seuls, bonheur tout simple d’écouter le jour qui s’endort et la vie nocturne qui s’éveille. Un chien qui jappe au loin, les moutons qui bêlent dans le silence, les chauves-souris qui nous frôlent, les mulots nocturnes qui courent dans la haie, les hannetons qui s’empiègent dans nos cheveux et ma Maman un peu plus bas dans le hameau, qui appelle ses cinq chats chacun par leur nom pour leur donner à manger. Il en manquait toujours un à l’appel, cela nous faisait sourire.  Puis, la nuit tombée, nous guettions l’Etoile du Berger, et les étoiles s’allumaient une à une, et les étoiles filantes nous charmaient. Nous restions là des heures durant, silencieux, émerveillés par tant de beauté, enivrés par le parfum du chèvrefeuille ou du lilas.

venus

Je n’écris pas ces mots pour m’apitoyer et faire pleurer mes lectrices et lecteurs, je souhaite juste rendre hommage à l’Amour de ma vie. Car envers et contre tout, j’aime profondément la Vie même si elle m’a cabossé l’âme et le cœur.

Mon grand regret est que Daniel n’ait pas eu la joie de connaître ses cinq petits enfants, il a seulement connu Benjamin qui avait sept mois au moment du décès. Comme il était heureux et fier devant ce petit bébé ! Mes enfants parlent de leur grand père à leurs petits, leur montrent des photos,  ils le connaissent ainsi, en imagination. Et moi je me souviens, de tout, j’ai eu de difficiles soirées d’hiver où mes larmes brûlantes ont coulé sur mes joues glacées. La douceur de vivre est revenue, je ressens juste une douce nostalgie d’un bonheur enfui et pourtant si présent en moi.

 

P1060639

Posté par Prali à 07:57 - - Commentaires [31] - Permalien [#]

14 avril 2015

Encore un peu du Mont Saint Michel

Oui je sais je suis très en retard pour la publication de ces quelques photos du Mont Saint Michel. Je manque de temps pour tenir ce blog, c’est une évidence. Avec ces magnifiques journées printanières offertes,  je vais par monts et par vaux, environ trois randonnées par semaine. J’ai aussi jardiné dans mon défriché mon jardinet. De ce côté-là tout va bien, pour quelques jours. En mai je l’agrémenterai de fleurs. Ce sont les vacances scolaires et pour l’heure je suis occupée par deux de mes petits enfants. Je prépare aussi notre journée de dimanche, nous serons quatorze autour de mes tables à rallonges pour fêter deux anniversaires.

Pour en revenir au Mont Saint Michel, j’ai fait plus de deux cents photos, difficilement publiables au vu de la foule.

1

Le soir tombe, nous pensons à nous restaurer avant de prendre la dernière navette qui nous ramènera au parking.

2

Nous ne goûterons pas l’omelette de la poule aux œufs d’or…

4

Par bonheur et par chance un petit restaurant nous accueille. Nous y dégustons une crêpe et une salade, délicieuses. L’endroit est bondé, chaleureux, convivial, le cidre me rend presque euphorique.

3

Euphorique ? J’aime bien… Cet après-midi, au bord du Rhône avec les petits, mon portable a sonné, c’était mes amis vosgiens. Il fête ses soixante printemps le 15 août et je suis invitée. Chouette, une fête en perspective, des amis à revoir, des personnes à découvrir,  la vie est belle comme le printemps.

Posté par Prali à 19:09 - Commentaires [37] - Permalien [#]

30 mars 2015

Le Mont Saint Michel

1

Ce week-end devait être riche en observations. L’éclipse… qui s’est fait la belle au lieu de se faire belle, et la marée… qui ne fut qu’humaine. Néanmoins de belles journées en compagnie d’amis chers. Nous avons traversé la France, nous avons beaucoup ri et discuté et, en ce qui me concerne, j’ai découvert une belle région.

2

Dès le samedi matin, des visiteurs –dont nous sommes-  arrivent à la pointe du Grouin, le soleil est toujours absent mais il ne pleut pas. La marée s’est retirée, laissant son empreinte à nos pieds. Les ramasseurs de coquillages et crustacés s’en donnent à cœur joie. Nous rencontrons des gens d'ici qui nous conseillent de nous rendre sur le Mont pour le spectacle de dix huit heures… ce qui me réjouit ne connaissant pas ce superbe site.

3

Nous arpentions les ruelles et visitons l’abbaye. Lorsque nous décidons de rejoindre notre poste d’observation, la marée humaine nous a devancés. Dommage que nous ne puissions nous percher comme les goélands, celui-ci scrute l’horizon.

4

«Alors, elle arrive cette marée ? » semble demander son voisin.

5

L’hélicoptère survole le Mont tout l’après-midi, les journalistes sans doute…

6

A moins que ce soit pour surveiller les personnes qui rejoignent la terre ferme à marée basse, hors de la passerelle. La baie est sujette à l’envasement et la traversée peut s’avérer dangereuse en l’absence d’un guide expérimenté. En effet, il existe plusieurs zones de sables mouvants dans les parties sableuses de la baie.

8

Nous attendions beaucoup de cette grande marée mais qu’importe nous repartons le cœur joyeux, traversant et visitant ça et là de jolis villages avant de reprendre, le lendemain, la transversale pour rejoindre notre belle Savoie.

9

 Encore quelques photos à venir dans un prochain billet.

7

Posté par Prali à 15:46 - - Commentaires [53] - Permalien [#]

17 mars 2015

Le Revard

Pour nous, heureux ( ?) (en tout cas pour moi, oui et re-oui, heureuse !) donc pour moi, heureuse retraitée (pour combien de temps… bah on verra bien, c’est l’aujourd’hui qui compte), c’est tous les jours dimanche. En compagnie de quelques amis, après un succulent couscous maison, nous sommes allés au Revard.

1

Cela faisait une éternité, quarante ans en fait, que je n’étais montée là-haut. Mais voilà, à cette époque c’était l’été et mon regard de jeune amoureuse était différent… plus fou-fou, moins attentif. Oui j’étais très amoureuse, je venais de rencontrer l’homme de ma vie et nous partions en camping dans les Bauges, avec une bande de copines et copains tout aussi fous-fous, au volant d’une Ami8 qui peinait à monter les cols. Derrière nous, la Deudeuche n’avançait pas mieux… Finalement on avait des voitures poussives mais de bonnes jambes, on grimpait comme des cabris… aujourd’hui on a des voitures puissantes mais ça tire du côté de nos hanches, genoux, colonne vertébrale… non non, pas tout ça à la fois, j’exagère un peu, juste un peu !

2

Mais je m’égare en délicieux souvenirs. Aujourd’hui je retrouve le Revard, enneigé, ensoleillé, mais différent. Je reconnais à peine les lieux. J’espérais réaliser de belles photos, me voilà un peu déçue.

3

En effet, le soleil de l’après-midi me prive de cette lumière franche et nette qui vous offrirait une vue à couper le souffle. Voici néanmoins le Mont Blanc zoomé vingt fois.

5

On aperçoit le lac du Bourget dans la brume.

4

Et là-bas dans le lointain, majestueux,  le massif de Belledonnes. Je réalise que le regard que je porte est toujours amoureux !

Posté par Prali à 21:21 - - Commentaires [46] - Permalien [#]



05 mars 2015

J'aime le Bugey

Ciel bleu et douceur printanière commencent à s’installer. Perché sur la colline, voici le village de Montagnieu (Ain) et son église. Juste un petit nuage pour décorer le ciel.

1

 

Comme dans la plupart des villages, le four à pain.

2

 

La mairie… comme dans tous les villages.

3

 

La croix s’élève et domine la plaine de l’Ain.

4

 

Le calvaire de Portes est indiqué à plusieurs reprises… nous ne l’avons jamais trouvé ! Pas plus que la Chartreuse de Portes qui se trouve dans ces parages. Je pense qu’elle est finalement moins accessible que celle de Saint Pierre de Chartreuse.

P1060092

 

En nous dirigeant vers le col de Portes, la neige n’a pas totalement fondu. Ça et là de petites constructions. Abris pour les moutons, les outils ?

5

 

Le Bugey est une région vraiment charmante que j’ai grand plaisir à découvrir en attendant d’aller plus haut. Cette année j’irai fouler les sentiers du Vercors.

6

Posté par Prali à 19:04 - Commentaires [56] - Permalien [#]

27 février 2015

En attendant la douceur

CIMG0192Cette petite route est tout près de chez moi, je l'ai empruntée des années durant pour me rendre à mon travail.

Dame Juliette, tu voulais voir « ma » neige, alors la voici la voilà, est-elle plus blanche que la tienne, plus épaisse, plus ceci et moins cela ?

dsc07227_blog

Trève de plaisanterie, j’avais envie de te faire plaisir, je ne peux pas t’en envoyer mais tu peux la contempler à loisir.

Le sommet du Grand Som, vu depuis le monastère de la Grande Chartreuse.

DSC07231Le monastère.

Soyons patients, les jours rallongent, la douceur reviendra bientôt et la montagne sera toujours aussi belle, aves ses sentiers parsemés de fleurs et fleurettes et ses jolies prairies d'herbe tendre où il fera bon faire une halte.

 

DSC07251

Merci à vous tous, je vais mieux, les soucis s'éloignent, les projets se rapprochent.

DSC07234Le Charmant Som, vu du monastère.

 

Posté par Prali à 13:12 - - Commentaires [61] - Permalien [#]

20 février 2015

Pause

 

 

michel Sardou S'enfuir et après

Posté par Prali à 17:10 - Commentaires [19] - Permalien [#]

08 février 2015

Prémeyzel (Ain)

1Visite du joli petit village de Prémeyzel (Ain)

 

3Le four à pain, datant du XVIème siècle, construit en pierre et recouvert d’un toit à pignons, se réveille à l’occasion de la fête du four où l’on peut déguster de délicieux pains et tartes cuits au feu de bois.

 

4J’aime la campagne déserte et le silence que seuls nos pas crissant sur la neige viennent troubler. En fait j’aime les saisons, elles ont toutes un charme fou.

 

7J’aime marcher dans la neige encore vierge ou presque… je vois ici ou là les traces du passage de petits animaux, oiseaux, rongeurs… Non non, ni chevreuil ni sanglier dans cet endroit, je suis trop près de la « civilisation ».

 

5Rouge et blanc, ne manque que le bleu du ciel.

 

6Au retour, près de chez moi, les villages s’endorment dans la brume froide.

Posté par Prali à 09:40 - - Commentaires [46] - Permalien [#]

29 janvier 2015

Quiétude

1Avant les grosses chutes de neige annoncées pour les jours à venir, je vous emmène faire un petit tour dans les marais tout près de chez moi.

 

2

La Chartreuse est blanche, en attente d’une nouvelle couche.

 

3Parfois  j’ai le bonheur de voir un héron, un chevreuil… mais aujourd’hui, rien, tout est calme, désertique, silencieux.

 

4En traversant un hameau, je me rends compte que certaines vieilles et belles granges en pisé auraient besoin d’être restaurées.

 

5Les infiltrations d’eau les feront s’écrouler, c’est certain. Celle-ci est déjà bien lézardée.

 

6Un petit retour par l’étang, désert lui aussi, la boucle est bouclée, il est temps de rentrer au chaud.

Posté par Prali à 18:37 - - Commentaires [30] - Permalien [#]