Pralinensavoie... et parfois ailleurs

19 septembre 2018

Balades en montagne

Heureusement que notre chère Lakevio est là pour provoquer –un peu- ma présence ici… et encore, quand je ne fais pas l’école buissonnière. Ce qui ne manquera pas d’arriver de nouveau le week-end à venir où je retourne en Auvergne. Je ne suis pas certaine d'assurer ma page d'écriture de fin de semaine. C'est donc mon petit mot d'excuse, pardon maîtresse !  Et ce ne sera pas fini, je pars et reviens trois fois jusqu’au 7 octobre !

Voilà, c’est pour vous dire de ne pas vous inquiéter, je vais bien, tout va bien. Je continuerai bien sûr à vous lire.

Pour vous faire un peu patienter, je vous offre quelques photos d’Auvergne et de Chartreuse.

P1170189Au sommet du Puy-de-Dôme, les moutons ont le pied montagnard !

P1170249Le Panoramique des Dômes, train à crémaillère qui conduit au sommet du Puy-de-Dôme

 

P1170363Samedi dernier, j'ai emmené mes amis vosgiens au monastère de la Grande Chartreuse

P1170365 (2)

Posté par Prali à 17:02 - Commentaires [18] - Permalien [#]


17 septembre 2018

La belle inconnue

Les lundis de Lakevio

lakevio

  Eliane Marque - Eve

Peinture en émotions - Maintenant, les mots pour les dire...

Portrait de la Nouvelle Eve, lundi !

 

C’est une belle jeune femme mais comme je ne la connais pas personnellement je ne peux en dire grand-chose. Je ne sais d’elle que ce que je vois quotidiennement. Elle passe tous les matins dans ma rue, à heure précise. Sans doute se rend-elle à son travail, mais lequel ? Elle est très élégante, ses vêtements, qui semblent de bonne facture, lui donnent cet air de dame aisée. Aucun maquillage, elle est belle naturellement. Alors j’imagine, je suppose… je verrais bien une jeune et dynamique cheffe d’entreprise, ou la DRH d’une société florissante. Son beau regard bleu, doux et perçant à la fois, est sans doute une arme efficace dans les prises de décisions…

J’entre dans la boulangerie au moment où elle en sort. La vendeuse hoche la tête en la regardant s’éloigner. Devant mon air interrogateur et surpris, j’ai droit à quelques confidences. La belle dame s’appelle Amandine, elle appartient à la société huppée de la ville mais a renoncé au bien-être, à l’aisance, à l’oisiveté. Tous les matins elle va rejoindre une association qui aide, aime et protège les sans domiciles fixes.

J’en conclus évidemment qu’il ne faut jamais juger ni même évaluer autrui d’après le paraître.

L’habit ne fait pas le moine !

 

 

 

Posté par Prali à 07:00 - Commentaires [39] - Permalien [#]

10 septembre 2018

Balade en Auvergne

Les lundis de Lakevio

 lakevio

 Tableau de René Snyman

Voici le tableau à trois personnages. Vous devez entrer dans les pensées de chacune d'elles et nous les faire connaître, évidemment !

 Madame Irma sera là... lundi !

Madame Irma Chère Maîtresse Lakevio, ton devoir de la semaine ne m’inspire pas des masses. Et puis je suis encore un peu en vacances. Ces trois jeunes filles sont magnifiques et je pense que tes rares mais néanmoins doués élèves masculins sauront donner de savoureuses réflexions à ces belles alanguies. Peut-être aurais-je été plus inspirée par de beaux costauds… enfin bref, ne m’en veux pas mais je connais ton indulgence et ta bienveillance.

Ah ben tiens à propos de beaux garçons, je vais te/vous raconter une anecdote. Mathilde et moi sommes montées au Puy-de-Dôme la semaine dernière. D’abord en navette depuis Royat jusqu’à la gare du train « Panoramique des Dômes » qui nous mena au sommet. Là-haut nous avons marché deux heures, une splendeur que cette chaîne des Puys.

Nous sommes redescendues par le même petit train, mais voilà que l’on s’est gourées quant à l’heure de la navette… Il nous fallait attendre plus d’une heure et le soir et la fraîcheur descendaient…

Je dis à Mathilde y a pas à tortiller faut qu’on trouve quelqu’un qui accepte de nous ramener au port à l’hôtel… Seulement voilà, le parking est presque désert, quelques rares familles avec mômes sont sur le départ, pas de place pour nous j’imagine… J’avise un beau jeune homme (tant qu’à faire hein !) qui redescend du Puy-de-Dôme en courant. Je dis à Mathilde qu’il est sûrement motorisé. En effet je le vois se diriger vers sa voiture… Je ne lui saute pas dessus tout de suite, il fait un strip tease  il est en train de se changer de t-shirt. Avant d’avoir pu voir s’il avait le torse velu ou imberbe, le voilà vêtu d’un beau tee-shirt blanc qui fait ressortir son bronzage. Je l’accoste en lui demandant s’il descend sur Royat (une bonne dizaine de kms), il me dit que oui, voulez-vous bien nous y conduire, dis-je dans un sourire ultra bright. Il est OK, on monte, Mathilde à l’arrière, moi devant. On papote, de tout, de rien, il fait de la course à pied et du parapente. Je lui dis que j’osais à peine l’interpeler en le voyant se dévêtir… Il me répond que c’était pour mieux nous séduire ! Il nous dépose devant notre hôtel, au-revoir, merci infiniment… on n’a pas échangé nos 06 ou 07 ! Ah si j'avais eu trente ans...ah mais non, il serait à peine né !

P1170152

P1170160

 

 


Posté par Prali à 07:00 - Commentaires [33] - Permalien [#]

03 septembre 2018

Rêveries

Les lundis de Lakevio

lakevioBonjour, bonjour !

Bienvenue à l'atelier ; c'est la rentrée !

Pour commencer, un retour tout doux en poésie.

Comme vous avez tous bien réussi votre année, nous passons en cours sup ! Et nous nous attaquons aux...

Rimes Croisées !

Je sais, je sais... Je vous entends soupirer !

Mais vous réussisez toujours à vous en tirer. Faites vous confiance ! La versification vous vient.

On s'essaie au "dizain" :

dix rimes où on devra alterner les rimes en AGE et en EL(LE)

Ce beau garçon, dans ce paysage !

Dans mes yeux une étincelle

Voyons Praline, à ton âge !

Je ne suis plus très belle

Pourtant pas toujours sage…

Pensées de sucre et de miel

Feraient bien des ravages

D’amour ou de fiel

Si différents sont nos rivages

Allons allons, retourne à ta vaisselle !

 

 

 

Posté par Prali à 14:43 - Commentaires [41] - Permalien [#]

31 août 2018

Heureusement que je ne retourne pas au turbin lundi...

... parce que je serais un peu beaucoup inopérationnelle !

Entre lavage, repassage, courses, cuisine, jeux, allées et venues pour aller chercher les uns, reconduire les autres, repas de famille, sorties… un petit passage par ici pour que vous n’imaginiez pas que je déblogue. Non non, mon petit blog j’y tiens et à vous aussi surtout ! Comme on ne peut pas être et avoir été, superwoman que je fus (comment ça, je me vante ?) n’arrive plus à faire mille choses à la fois.

Bien qu’offrant encore de belles journées, l’été semble s’enfuir tout doucement. La lumière n’est déjà plus la même, les nuits sont fraîches, les forêts commencent à prendre quelques teintes rouge et or. J’aime.

Lundi c’est la rentrée scolaire… mes petites filles n’ont pas envie. Elles sont pourtant de bonnes élèves… mais moi, avais-je envie de retourner bosser après mes vacances, alors que j’adorais mon travail ? Pas de panique donc, il suffit d’un jour ou deux pour de nouveau se sentir bien, à sa place.

J’ai vécu intensément mon été, plus que d’habitude me semble-t-il… à moins que je vieillisse !

Quatre petits enfants (sur six) jusqu’au 14 juillet. Puis j’ai été seule jusqu’à la fin du mois. Seule, que dis-je ! Pas du tout, j’ai visité des amis, suis retournée en Drôme Provençale, dans la vallée du Doux, au canal de Savières avec mes voisins, fait quelques randonnées pédestres et cyclistes.

J’ai passé une dizaine de jours chez des amis vosgiens. Amis de longue date, rencontrés avec mon mari en camping dans les Bauges en 1972 ! On s'était un peu perdus de vue lors du décès de mon mari mais on s'est retrouvés voici quelques années.

Outre les fêtes d’anniversaire, les balades autour des jolis lacs, j’ai eu grand plaisir à randonner au Ballon de Guebwiller (Grand Ballon d’Alsace) et ressentir cette immense sensation de liberté lors de la descente au milieu des épilobes et vue sur les villages alsaciens.

Après cette escapade vosgienne, de nouveau prise en charge de deux de mes petites filles. Elles retrouveront leur foyer respectif cet après-midi. L’une partira avec mon fils qui sera des nôtres ce midi, je reconduirai l’autre dans l’après-midi.

Et demain je repars, deux jours… puis je reviens… et je repars. Mais je ne vous oublie pas, vous tiens au courant et vous raconterai !

P1170076

P1170077

P1170089

P1170098

P1170099

P1170118

P1170123

P1170126

 

Posté par Prali à 11:48 - Commentaires [27] - Permalien [#]


08 août 2018

Pause estivale

 

A bientôt les amis, prenez soin de vous, soyez heureux !

 

cimg0317

P1100989

P1110640

Posté par Prali à 20:09 - Commentaires [19] - Permalien [#]

02 août 2018

A la recherche du banc perdu

Si vous ne le savez pas, sachez que Mathilde et moi ne manquons jamais une occasion de rire. Je dirai même que nous la provoquons. Nous rions de tout, de rien, de n’importe quoi. Deux ados échappées de leur rigide pensionnat. Si parfois on rit pour un rien, il est d’autres situations où c’est vraiment drôle. Et puis on aime bien se moquer de nous, de nos bafouillages langues qui fourchent, de nos oublis, bref de trucs qui n’arrivent qu’à nous moi. Samedi, nous voilà parties là-haut sur la montagne, oh pas la grande montagne de Chartreuse car on s’est dit qu’il y aurait un monde fou (remarquez la montagne n’est pas à deux folles près), on est donc montées près de chez moi, sur les cols de l’avant-pays savoyard. Il faisait chaud et notre projet était de dégoter un joli petit banc à l’ombre, avec une belle vue sur la vallée… pas question de s’asseoir par terre… c’est qu’après il faut se relever ! Mais voilà, les savoyards sont avares de bancs reposoirs pour grands-mères. On a donc dû se contenter d’un muret devant l’église d’un joli village. Qu’importe, on était à l’ombre de grands tilleuls… avec vue sur le cimetière une prairie et des arbres, plein plein d’arbres formant un rideau au merveilleux paysage. Pas grave, on était bien, un petit vent fripon soulevait nos blancs jupons fichait le bazar dans nos cheveux. Au bout d’un moment on est parties dans un endroit que j’affectionne particulièrement (et pour cause, c’est là que mon mari m’a déclaré sa flamme le 20 février 1972 !), un lieu fabuleux qui domine le Rhône, les montagnes de l’Ain et d’où les parapentes prennent leur envol. Mathilde, mi-apeurée mi-amusée me dit alors fermement ne pas vouloir laisser pendre ses jambes dans le vide… mais quelle idée ! Allez hop, fou-rire. Bon, le plus drôle reste à venir. Dimanche matin, debout 6h30, douche,  petit-déjeuner et après avoir arpenté, dès 7 heures, la braderie annuelle de ma petite ville et que Mathilde ait acheté quelques kilos de livres, nous voilà parties chez Edith et Marc. En avance, toujours avec l’idée d'une halte sur un joli banc. Ah voilà une guinguette au bord du Rhône, elle a fermé ses volets, le lieu est relativement désert mais nous pensons qu’il restera sans aucun doute un banc pour accueillir nos délicats fessiers. Que nenni, pas le moindre banc ni tronc d’arbre. Nous avisons quelques rochers qui feront l’affaire. Zut, un peu trop pointus, au bout d’un quart d’heure il fallut déguerpir. Cette fois-ci nous filons bon train dans l’Ain et soudain, ô miracle, une sympathique aire de repos s’offre à nos regards, équipée d’une grande table en bois avec bancs attachés, à l’ombre de grands arbres. Coup de frein, je loupe l’entrée, qu’importe je chope la sortie et me gare bien comme il faut. Nous nous installons, ravies, nous avons un peu de temps devant nous. Un petit coup de fil à ma fille pour savoir comment elle va en ce beau dimanche. Je raccroche, Mathilde, mi-sérieuse mi-amusée (oui elle est comme ça Mathilde) me dit «Un mec est passé en voiture, s’est arrêté à notre hauteur, nous a bien regardées puis est reparti… dis donc, je crois bien que tu es garée sur la route »… Nous examinons la situation de près, mais oui ! C’est une petite route qui déboule d’un hameau et rejoint la grande route. Et moi, tranquille, j’ai posé ma voiture au milieu de cette route, bien en travers quoi ! Nous partons d’un fou-rire interminable mais je bouge quand même ma voiture avant qu’elle ne se fasse ratatiner. Un moment après, le même mec est repassé, nous a regardées, on riait encore, il a sans doute pensé qu’il avait affaire à deux originales… et ça me plaît bien. Bon, mais quand même, cette table de pique-nique au milieu de deux routes. Chez Edith et Marc, on a savouré les bons fauteuils de jardin, garnis de moelleux coussins. Et un bon Cerdon bien frais en récompense.

chez Edith

Posté par Prali à 10:38 - Commentaires [31] - Permalien [#]

30 juillet 2018

Sans eau, sans O

Les lundis de Lakevio

Consigne 1 : Une lettre en moins... (Gniark, gniark ! Je me suis bien amusée, pas vous ?...)

Je récidive en vous proposant Sans les O

Est-ce que cela sera plus facile ?...

A voir ! A tenter !

C'est assez tordu, ce truc, euh, assez bizarre !

Consigne 2 : c'est plus amusant de corser la chose, euh, de compliquer, enfin je veux dire d'épicer le dernier devoir travail avant les vacances !... 

Vous écrivez une lettre à votre frère dès votre arrivée en villégiature dans la villa héritée de vos parents. Villa que vous partagez avec lui chaque été, lui en juillet, vous en août... (là, je ne peux pas enlever les o...)

 

 

Vraiment navrée ma chère Maîtresse Lakev’ ! Aucune idée ne me vient à l’esprit, le sujet ne me m'inspire pas, je dirai même qu’il me rebute un peu. Les vacances avec le frangin et l’héritage des parents, quelle blague gigantesque ! Même pas pensable d’imaginer deux phrases sur le sujet ! Et puis tu sais bien, j’ai des week-ends de dingue, qui ne laissent aucune place aux travaux d’écriture. Tu penses, par ce beau temps ! Mais puisque je t’aime et que c’est l’ultime exercice avant des vacances bien méritées de part et d’autre, je t’écris ces quelques lignes en évitant la lettre interdite, narrant un beau week-end. Depuis samedi matin Mathilde est revenue venue. Chaque visite est un plaisir. Mēga crises de rire, petit vin bien frais, balades sur les hauteurs… Et en ce dimanche de canicule, visite chez Edith et Marc. Reçues telles des princesses des mille et une nuits. Excellent repas, je suis tenue de garder secret le menu afin d’éviter la lettre interdite ! Et vlan, Praline se défie ! Simplement dire que Edith excelle dans l’art et le raffinement de la table, que Marc est un fin cuisinier. Juste merci mes amis. Heureuses et belles vacances à madame Maîtresse !

P1160942

 

 

Posté par Prali à 09:29 - Commentaires [34] - Permalien [#]

23 juillet 2018

Balade ardéchoise

Après la Drôme provençale, magnifique balade en Ardèche du Nord avec un petit crochet par la Drôme.

P1160876Tournon, Lamastre, les gorges du Doux, tout est grandiose. Nous sommes seuls au monde, il semblerait que les vacanciers préfèrent s’entasser à douze au mètre carré !

 P1160888

La campagne ardéchoise est superbe, riante et vallonnée où l’épilobe et le géranium sanguin rivalisent d’élégance et de chatoiement de couleur.

P1160898P1160895De nombreux troupeaux. Là je fais ma maligne en photographiant, de la voiture, ce paisible taureau mais c’est certain que je ne m’aventurerais pas dans son pré.

 P1160902Tiens, l’ardéchoise, grande course cycliste annuelle, passe sans doute par ici.

 P1160882Arrêt déjeuner dans une sympathique auberge à Saint-Agrève. Le serveur est très sympathique, il arrive de la Réunion, semble un peu dépaysé et prend plaisir à nous raconter son île.

 P1160911

P1160923Nous descendons jusqu’au Mont Gerbier de Jonc puis petite intrusion en Haute-Loire, à Fay-sur-Lignon avant de prendre le chemin du retour.

Posté par Prali à 20:39 - Commentaires [31] - Permalien [#]

17 juillet 2018

Divers et d'été

Une semaine chargée s’est terminée hier avec le renvoi de mes petits-enfants dans leurs foyers ! Un peu carpette mamie Praline, un peu sur les rotules –surtout une, bien couronneé suite à une chute magistrale… mais ça, quand je tombe c’est toujours ma-gis-tral ! mais ça va, d'habitude je me casse un os ou m'esquinte les tendons- bref... cependant très heureuse d’avoir permis à cousin et cousines de se retrouver.

Ce matin, remise en état d’une partie de la maison, le rez-de-chaussée surtout, les étages on verra plus tard, un mini ouragan ayant ravagé tous les recoins de la maison.

Il n’empêche que là, je me sens seuuuuule !

Un peu de repos maintenant, tandis que sèchent deux lessives au chaud soleil savoyard.

Petit panoramique de mes joyeuses activités d’avant vacances scolaires.

Tout d’abord j’ai visité le château des Ducs de Savoie à Chambéry. J’ai grimpé toutes ces marches pour… prendre de la hauteur !

P1160581

De là-haut la vue est… comme vous pouvez l’imaginer.

P1160587

Le château abrite les locaux de la préfecture et du conseil général. Nous avons été reçus par le président du conseil général qui nous a raconté plein de choses intéressantes que je ne saurai vous rapporter ici, mais quel boulot ça représente ! et que de centaines de millions d’euros évoqués !

La disposition de la salle est un peu inhabituelle. Les pupitres des conseillers régionaux sont disposés en rond, mais les pupitres centraux ne sont pas là en permanence. Ils venaient d’être installés en vue d’une réunion importante entre protagonistes et antagonistes du projet ferroviaire Lyon/Turin… Hou là, ça a dû barder cinq minutes…

P1160601

J’ai a-do-ré ! Le 41ème festival international de musiques militaires à Albertville.  Musiques militaires oui, mais aussi musiques classiques, de films, jazz… Chorégraphies très belles.  Ici la Moldavie ( les Carabiniers du ministère de l’intérieur).

P1160747

Et comme tous les ans, ma balade en Drôme provençale, au milieu des champs de lavande et des chants de cigales.

P1160797

Posté par Prali à 15:55 - Commentaires [41] - Permalien [#]