Pralinensavoie... et parfois ailleurs

26 septembre 2016

L'impatiente

lakevio

L'inconnue à la fenêtre, proposée par Lakevio

La fête bat son plein. De sa fenêtre, Delphine observe, jalousie contenue et amertume au cœur, ce qui aurait dû être une journée belle et festive pour elle aussi. Marilou, sa meilleure amie, a organisé une grande réception pour célébrer son doctorat en biologie. Tous les jeunes de sa promotion sont là, joyeux et insouciants. Parmi eux, le beau Julien pour qui bat le cœur de Delphine. Elle comptait ardemment le retrouver, l’inviter à danser, zut après tout les filles ont bien le droit de faire les premiers pas, on n’est plus au temps de ses parents rigides et conventionnels. Tiens, justement, les parents ! Delphine n’ayant pas atteint ce haut grade universitaire,  ils ont formellement interdit qu’elle se rende à cette fête.

«Tout le monde s’amuse et moi je suis là, seule dans mon coin, qui s’intéresse à moi ? Visiblement personne. Pas un regard en direction de ma fenêtre, il faut dire que la sévérité de mes parents n’est pas pour encourager la moindre tentative d’approche. De toutes façons j’ai mis mon joli corsage et embelli ma coiffure, j’attends qu’ils soient partis à leur partie d’échecs hebdomadaire et je vais festoyer, non mais ! Oh là là ! Mais qui est donc cette pimbêche qui tourne autour de mon Julien ? Et vas-y que je souris en penchant la tête et que je repousse ma chevelure en arrière et que je pose ma main sur son bras, et que je m’esclaffe comme une hystérique, quelle aguicheuse ! Et lui, grand dadais, il semble sous le charme, ah vraiment il en faut peu pour attirer un homme mais ça ne va pas se passer comme ça ! »

Mauvais coup du sort, la partie d’échecs est annulée, l’échec est pour Delphine.

La soirée s’étire et doucement s’achève. La musique s’est tue, les invités partent les uns après les autres. L’hystérique part en se dandinant. Comment ? Julien ne la suit pas ? Non, Julien tourne la tête, lève les yeux et rencontre le regard de Delphine qui soudain s’illumine.

Posté par Prali à 17:18 - Commentaires [23] - Permalien [#]


21 septembre 2016

Les soieries Bonnet à Jujurieux

Au lieu de cocooner comme la météo m’y aurait incitée, les journées du patrimoine ont eu raison de la pluie diluvienne et je suis allée visiter les soieries Bonnet à Jujurieux (Ain) le village où habite ma fille.

1Les corps de bâtiments constituaient un site patrimonial exceptionnel présentant l’histoire d’une des plus grandes soieries de France aux XIXème et XXème siècles.

 

2Elevage de vers à soie.

 

3Ce sont 1 200 jeunes filles de onze à dix-neuf ans qui travaillaient dans ces ateliers. Certaines arrivaient d’Italie. Elles étaient encadrées par des religieuses qui se chargeaient également de les instruire… sans oublier la messe obligatoire du dimanche.

 

4Dans les années 70 j'ai connu la même pointeuse, dans des conditions beaucoup moins rudes.

 

5

6Cette visite n’est pas sans me rappeler mes beaux-parents qui sont arrivés en France à l’âge de quatorze ans. Les jeunes filles arrivaient par wagons entiers et étaient réparties dans les différentes usines de la région. Pour ma belle-mère ce fut Aubenas. La vie était dure, dix à douze heures de travail par jour, le samedi c’était jour de lessive (à la main bien sûr), le dimanche matin la messe et l’après-midi promenade en rang deux par deux.

11Je ne saurai vous expliquer le fonctionnement de ces métiers qui est d'une extrême complexité.

8

7Les métiers faisaient un bruit étourdissant, pas de bouchons d’oreilles à cette époque. Les bâtiments n’étaient pas isolés, il y faisait très froid l’hiver et très chaud l’été.

9

10

Les plus grands couturiers ont fait appel au savoir-faire de cette entreprise dont l'activité a cessé en 2001, seul un métier fonctionne encore de temps en temps.

12Fallait-il en baver pour habiller les belles dames de la haute société lyonnaise… et comment ne pas établir le parallèle avec les femmes et les enfants du Bangladesh et d'ailleurs où l’exploitation des plus faibles est encore bien présente.

13

Pour en savoir plus :

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tablissements_C.J._Bonnet

http://www.ain-tourisme.com/fiches/Jujurieux/Musee/Soieries-Bonnet-musee-de-l-industrie-de-la-Soie/130248

 

 

Posté par Prali à 18:36 - Commentaires [38] - Permalien [#]

19 septembre 2016

Mini-jupe ou jean ?

 

lakevio

 

Tableau de Amber-Lia Kloppel proposé par Lakevio

 

Année 1969, je ne sais pas si les évènements de l’année précédente y sont pour quelque chose mais un petit vent de liberté insolente flotte sur le lycée. Adeline est une jeune fille de dix-sept ans, craintive et sage, sauf avec son père à qui elle tient tête. Au risque de prendre une taloche. Ce qui n’est pas rare…  Il faut dire que celui-ci n’est pas tendre avec elle, tout est interdit sauf désherber le jardin, rentrer le bois et autres tâches à exécuter en rentrant du lycée. Jamais rien ne va, jamais content, jamais gentil, jamais aimant, comment ne pas être dans la rébellion ?!

C’est la mode des mini-jupes. Adeline s’en est confectionné une, avec la complicité de sa maman et l’aide d’une amie qui sait couper, assembler, faufiler, coudre. Adeline ressemble enfin à ses copines et sa mini-jupe rose sied joliment à ses jambes bronzées.

Mais voilà… le père ! S’il voyait sa fille ainsi attifée ! Adeline doit ruser, le matin elle quitte le domicile en jean, se change dans l’autocar scolaire ou dans les toilettes du lycée, revêt sa mini-jupe ; et exécute la manœuvre inverse le soir avant de rentrer à la maison. (Les contenus des cartables des jeunes filles de cette époque sont certainement bien différents de ceux d’aujourd’hui…)

Hélas, un jour… on ne saura jamais ni comment ni pourquoi, le petit manège d’Adeline est découvert. Pétrifiée, furieuse devant sa penderie ouverte, elle retrouve sa mini-jupe lacérée de dizaines coups de ciseaux. Même pas de quoi faire une jolie jupette à franges !

Je ne sais pas vous, mais moi je n’aime pas du tout le jean -surtout porté par une femme- sauf ces deux-là, en décoration.

P1120305

 

Posté par Prali à 08:05 - Commentaires [44] - Permalien [#]

13 septembre 2016

Découverte de Lhuis

Dans ma région, les randonnées sont formellement interdites par arrêté préfectoral. Les randonneurs désobéissants sont passibles d’amendes mais surtout s’exposent au danger des feux de forêt. Certains départs de sentiers sont condamnés au moyen de chaînes auxquelles est fixé l’arrêté préfectoral. La pyrale du buis et la sécheresse qui sévissent nous offrent le spectacle désolant d’hectares d’arbres roussis, décharnés pour certains.

1A défaut de randonnée, je visite les jolis villages qui m’entourent, de près ou d’un peu plus loin. Voici Lhuis, village du Bas Bugey, chef-lieu de canton de l’Ain.

2L’église romane est classée monument historique.

3

4

5

6Le château a été bâti vers 1 200 par les sires de La Tour du Pin.

7Les villageois savent mettre en valeur les ruelles, en fleurissant et décorant. Les objets d’un autre temps sont disposés de façon charmante et harmonieuse.8 J'aurais aimé dialoguer avec quelques habitants susceptibles de m'en dire un peu plus sur le château notamment, mais en cet après-midi de grosse chaleur, le village était désert. Peut-être y retournerai-je.

Posté par Prali à 18:01 - Commentaires [42] - Permalien [#]

12 septembre 2016

Hésitation

 

lakevio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau de James Ormsbee Chapin proposé par Lakevio

C’est l’ouverture de la chasse, tout est prêt, le fusil, les cartouches, la gibecière. On a lâché des dizaines de faisans dans la nature, les forêts regorgent de petits chevreuils pas méfiants pour deux sous, j’ai hâte !

Seule ombre au tableau (de chasse), ma fiancée est arrivée pour le week-end.

Je fais quoi ? Je vais courir la campagne ou je reste avec elle ?

Il est bien dit « qui va à la chasse perd sa place », alors…

Ses beaux yeux bleus m’attirent comme un aimant, mon regard s’arrête sur le joli corsage rose qui ne demande qu’à être délicatement ôté…

Mais les copains m’attendent…

Un silence pesant s’est installé entre nous.

Elle voit mon hésitation.

Je devine et comprends sa déception.

Que faire ?

Tout à coup, sa voix s’élève, claire et nette : « fais ce que tu penses être le mieux pour toi mon amour »… mais le « mon amour » s’éteint dans un sanglot.

Qu’il est donc difficile de choisir…

Posté par Prali à 08:35 - Commentaires [32] - Permalien [#]


05 septembre 2016

Lettre de rentrée à Lakevio

111928713Ma chère Lakevio, c’est un plaisir de retrouver les devoirs d’écriture que tu proposes chaque semaine aux charmants élèves que nous sommes … ah je ne dis pas que je serai fidèle et assidue toutes les semaines. Plus ou moins d’inspiration. Et puis tu sais bien, les retraités s’octroient des vacances et du bon temps quand tout le monde est au charbon ! Alors il m’arrivera certainement de me volatiliser, ce sera déjà le cas début octobre où j’irai me promener du côté de Saint Tropez.

P1080071En tout cas, ce premier tableau de rentrée m’enchante et fait remonter en moi toutes les émotions vécues en Grèce il y a deux ans. Je revois les ruelles désertes écrasées de soleil, serpentant dans le petit village de Faliraki, à treize kilomètres au sud-est de Rhodes. Comme je suis en vacances, tu te doutes bien qu’il est hors de question de m’enfermer derrière des volets clos. Tout ce bleu, tout ce blanc, ces odeurs et ces senteurs, tout me ravit, j’ai chaud mais qu’importe je gravis les ruelles qui se faufilent parmi les blanches habitations et les parterres abondamment fleuris. Là-haut sur la colline, la petite chapelle se découpe dans l’azur du ciel immense et profond.

P1080074Je reste là, contemplative, un long moment à regarder scintiller l’immensité de la Méditerranée. Lentement, je redescends, m’arrêtant pour photographier, sentir une fleur, admirer le patio d’une des superbes villas qui jalonnent mon parcours. Tout à coup une musique parvient à mes oreilles. Au détour d’une ruelle, un groupe de musiciens et des danseurs de sirtaki. Je me joins au petit attroupement déjà constitué et malgré la chaleur j’entre dans la danse. Dis maîtresse, tu aurais dansé toi aussi ?

Suite Greek dance "Sirtaki" - Igor Moiseyev Ballet - YouTube

Posté par Prali à 19:02 - Commentaires [37] - Permalien [#]

29 août 2016

Vache de vie

1Sur les sommets m’en allant promener, bébé renard ai rencontré.

Marchant lentement, est-il souffrant, a-t-il perdu sa maman ?

Je l’aurais bien caressé, pourquoi pas adopté ?

Mais sage il faut rester, sauvage est le bébé.

 

2Près de la bergerie, une porcherie

Ces deux gloutons mangent comme… des cochons !

Gloutons qui engloutissent et pataugent dans leur pisse.

 

3Sur les pentes fleuries le troupeau se nourrit

D’herbe grasse et largement fournie.

Docilement les vaches rejoignent l’écurie

Quelque peu taquinées au mollet par le chien de berger.

4

5Le lait est tiré, les vaches sont relâchées

Dans la prairie où elles passeront la nuit.

 

6Dans une autre vie je voudrais être vache, entourée de belles montagnes, vivre au milieu des fleurs et dormir sous les étoiles. Qui a dit « mais tu n’as qu’à le faire maintenant » ? Silence au fond de la salle s’il vous plaît, je rêve !

Posté par Prali à 14:59 - Commentaires [51] - Permalien [#]

17 août 2016

Nouvelles, bonnes et brèves

Un petit tour par ici pendant que les enfants sont absents. J’en profite donc pour donner quelques nouvelles. Qui sont très bonnes et vécues intensément car dans deux jours mes Chicouf retourneront à leur quotidien et moi au mien. Préparation de la rentrée scolaire pour eux : fournitures scolaires, mise en condition, internat à Saint Etienne pour le grand, entrée en 5ème pour le second et au CP pour la dernière, ma fille reprenant le service le 29. Et pour moi, continuation des grandes vacances !

 

P1120006Entre autres réunions de famille (anniversaires des filles de mon fils), nous avons passé un joli dimanche de pique-nique, chaud et ensoleillé dans un immense pré surplombant le Rhône. Voici les montagnes de l’Ain avec au premier plan celle d'Izieu.

 

P1120032Marina s’est tressé une jolie couronne de fleurs.

 

P1120058Nous avons assisté au décollage de deux parapentes.

 

P1120078P1110970Mon petit-fils, futur pâtissier, nous a régalés d’une tarte poires/pralines et d'une tarte au citron meringuée.

 

P1120069Sinon ce fut baignades dans différentes piscines, chez mon fils, chez un ami, demain au lac. Tout le monde est joliment doré.

Posté par Prali à 16:25 - Commentaires [42] - Permalien [#]

08 août 2016

Pêle mêle estival (juillet 2016)

P1110539Fête médiévale à Saint Pierre de Curtille (Savoie)

 

 

P1110606Au relais du mont du Chat, altitude 1 504 mètres, le lac du Bourget, Aix-les-Bains.

 

 

P1110640En Chartreuse, près de l'auberge du Charmant Som, altitude 1 650 mètres. C'est l'heure de la traite.

 

 

P1110682Devant chez moi, une fouine. Malade ou blessée, mon voisin, après avoir failli se faire mordre, l'a emmenée chez le vétérinaire où elle est morte deux jours après.

 

 

P1110686Saint Auban sur l'Ouvèze, Drôme provençale. Ennivrée du parfum de lavande et bercée par le chant des cigales.

 

 

P1110728Une sortie restaurant entre amis au bord du lac d'Aiguebelette.

 

 

P1110746Le relais du mont du Chat, le Mont Blanc en toile de fond.

 

 

P1110749Tout près de chez moi, ravissants tournesols.

 

P1110771Au milieu de toutes ces balades, un peu de travail quand même ! je vous passe les incontournables tâches ménagères mais voici ma confiture d'abricots.

 

 

P1110805Sortie familiale à Albertville, excellent restaurant, si vous souhaitez connaître l'adresse, il suffit de demander.

 

 

P1110824

P1110859Visite de la cité médiévale de Conflans sur les hauteurs d'Albertville.

 

 

P1110875Près de chez moi, la Chartreuse dans son ensemble.

 

Posté par Prali à 17:59 - Commentaires [44] - Permalien [#]

03 août 2016

Au revoir la Corse

P1110214Avant de rejoindre Ajaccio, dernière étape de notre voyage corse avant embarquement, nous nous arrêtons dans un magasin de produits locaux en pleine montagne. De la charcuterie, encore de la charcuterie, en overdose de cochonnaille, je ne ramènerai dans mes bagages que cette photo.

 

 

P1110230Un petit tour à la plage. La mer est agitée, je titube sous la force des vagues qui fouettent mes mollets.

 

 

P1110266De la ville d’Ajaccio nous n’aurons pas le temps de voir grand-chose si ce n’est l’incontournable statue de Napoléon.

 

 

P1110256Notre guide nous fait observer son buste… erreur de fabrication : ce n’est pas la bonne main qui est glissée dans le gilet !

 

 

 

 

P1110276Autre incontournable, le caveau de Tino Rossi.

 

 

P1110305Il est 15h30, nous quittons la salle d’embarquement, l’heure est venue de quitter l’île de Beauté.

 

 

 

P1110302Le ventre du bateau avale camions, autocars et voitures. Mes copines baissent la tête, petite tristesse ou attention à la marche ?

 

 

 

P1110308C’est bien fini, nous prenons la mer.

 

 

 

P1110313Au revoir villages perchés, sommets acérés, routes escarpées,  précipices affolants... au revoir, à la prochaine sans doute.

 

 

 

P1110322

Nous arrivons à Toulon en fin de soirée. Une longue route nous attend encore en autocar. Puis en voiture pour rentrer chez moi. Il est cinq heures Paris s’éveille je me glisse dans mon lit. Heureuse d’avoir vécu cette semaine et de me retrouver dans mon cocon.

Posté par Prali à 20:36 - Commentaires [28] - Permalien [#]