Pralinensavoie... et parfois ailleurs

06 juin 2015

Champ rouge sang

Mes chers parents amis je pars, je vous aime mais je pars...

P1020779

En attendant mon retour, je vous offre des bouquets de coquelicots... savoyards bien sûr !

P1020782

Je reviendrai avec des photos d'immensité calme et scintillante, de plages interminables, de maisons blanches et bleues inondées de soleil...

P1020780

Portez-vous bien, prenez soin de vous et soyez heureux !

Posté par Prali à 13:26 - - Commentaires [25] - Permalien [#]


03 juin 2015

Drôme Provençale (fin)

Un dernier regard sur cette belle région de Drôme Provençale que nous quittons, non pas à regret puisque nous y reviendrons à la floraison de la lavande.   

P1070132

A Vaison La Romaine, le vent souffle très fort, m’injectant dans les narines et dans la gorge des quantités de pollens qui me font moucher, tousser, éternuer, larmoyer. Mais sitôt reparties tout rentre dans l’ordre.

 P1070158

 

Le Mont Ventoux, sommet convoité des cyclistes avertis.

 P1070148

En remontant vers notre Savoie… Marie aime prendre le chemin des écoliers, cela nous vaut de nous perdre dans des  petites routes, truffées de croisements sans panneau indicateur, sans âme qui vive à l’horizon… c’est ainsi  qu’au bout d'un long moment et d’une toute petite route où l’herbe pousse en son milieu, nous nous retrouvons en cul de sac près d’un gîte ou quelque chose de ressemblant. Un groupe de jeunes y fait la fête, j’ai d'ailleurs trouvé que leurs regards ne sont pas très… nets... patibulaires mais presque...  Vite vite, demi-tour, je crie par la vitre ouverte « on s’est trompées » et après une marche arrière spectaculaire on file sans demander notre reste !

 P1070190Ce qui fait que je suis incapable de vous situer où se trouve cette jolie chapelle au milieu de nulle part.

 

P1070202Bon, il n’est plus temps de musarder, la nuit va tomber, il faut rentrer. L’horizon flamboie au soleil couchant.   

Posté par Prali à 19:37 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

20 mai 2015

Saint Auban sur l'Ouvèze (Drôme Provençale)

P1070067Après avoir flâné, admiré, photographié, respiré, tout au long du col de Peyruergue, niché dans la verdure le village de Saint Auban sur l’Ouvèze s’offre à notre vue.

 

 

P1070074Le clocher de l’église égrène les douze coups de midi.

 

 

P1070075Noyée de soleil, la place du village est déserte.

 

 

P1070077Beaucoup de portes et volets clos.

 

 

P1070081Sans doute des résidences secondaires.

 

 

P1070087Nous trouvons une auberge qui propose un déjeuner très original. Néanmoins nous ne nous hasardons pas en ce lieu.

 

P1070090En attendant les vendanges.

 

 

P1070107Et toujours de belles bâtisses, solides, construites là pour l’éternité.

Posté par Prali à 18:40 - - Commentaires [39] - Permalien [#]

12 mai 2015

En Drôme Provençale

P1070162

Par ce chaud et ensoleillé samedi neuf mai, Marie et moi partons nous promener en Drôme provençale. Deux amis nous rejoignent pour déjeuner.

Il fait gris au départ de chez nous mais au fur et à mesure que nous descendons vers le sud, le ciel nous fait la promesse d’une belle journée.

De Crest à Saint Auban sur l’Ouvèze, en passant par Bourdeaux, Saint Férréol Trente Pas, Sainte Jalle…

1

 Nous passons le col de Peyruergue, sous un soleil radieux mettant en valeur la multitude de fleurs, un régal pour les yeux : le jaune des genêts domine parmi le rose et le bleu. Le thym embaume, les oiseaux pépient,  les ruisseaux chantent, quelle charmante journée !

 2

 

Chapelles

 3

 

Eglises

 4

 

Champs de lavande… Je me suis promis de revenir là quand la lavande sera fleurie et embaumera le paysage entier.

 5

 

De la belle pierre

 6

 

Des orchidées

 7

Mon prochain billet sera consacré à la découverte de Saint Auban sur l’Ouvèze.

Posté par Prali à 21:56 - - Commentaires [46] - Permalien [#]

05 mai 2015

Laboratoire Souterrain de Modane (LSM)

Installé dans le tunnel routier du Fréjus sous 1 700 mètres de roche, ce qui en fait le laboratoire le plus profond en Europe et l’un des plus profonds du monde, le LSM est en activité depuis 1982, sous la double tutelle du CEA et du CNRS. Il accueille une centaine de chercheurs du monde entier (France, Russie, République Tchèque, Allemagne, Royaume Uni, Japon, USA, Espagne…).

2

Pourquoi un laboratoire souterrain ? L’épaisse couche de roche protège des expériences très sensibles contre les rayons cosmiques chargés qui passent de 8 millions par m2 et par jour à la surface du sol, à 4 par m2 et par jour dans le laboratoire. La montagne est un filtre très efficace.

Le problème à résoudre du LSM est de pouvoir détecter des signaux extrêmement faibles et rares, donc en s'affranchissant du maximum de perturbations. En dehors même de la protection apportée par la masse rocheuse, au dessus du laboratoire, isolant ce dernier dans un rapport de 1/2.000.000 du rayonnement cosmique, il est aussi impératif de pouvoir s'affranchir au maximum  du rayonnement issu de la radioactivité naturelle environnante.

 7Pour cela, chaque échantillon à tester est situé dans un cocon de plomb faisant partie de chaque enceinte d'essai. Malheureusement, le plomb naturel ayant encore une petite part de radioactivité, il est intéressant de prévoir la première enveloppe, autour de l'échantillon, réalisée en plomb "débarrassé" au maximum des éléments encore radioactifs, en utilisant du plomb "archéologique", donc vieux de plusieurs siècles, et dont il ne reste que très peu de radioactivité résiduelle.

Dans le LSM, ce plomb provient d'un navire celte coulé au large de la Bretagne, vers 400 après JC (22 tonnes répartis en 270 lingots).

 8

Une enceinte d’essai avec, en premier plan, les blocs de plomb.

 150425-252al-CNRS-labo+détect

 

 

3Des recherches en cours...

4

6

Merci à Monsieur Zampaolo pour cette intéressante visite de plus de deux heures.

Je vous invite à découvrir le Laboratoire Souterrain de Modane.  

Posté par Prali à 20:21 - - Commentaires [28] - Permalien [#]



23 avril 2015

Balades de cette semaine

2Randonnée tout près de chez moi en début de semaine, le col du Banchet et sa jolie chapelle. Le temps des jonquilles est passé, les foules ont déserté les lieux, tant mieux on est tranquilles. Les premières orchidées font leur apparition.

 

1Nous continuons la montée pour atteindre les ruines du château de Montbel. Des panneaux signalent que le site est devenu dangereux à cause des probables chutes de pierres… «danger de mort» mais héroïquement  je brave l’interdit pour réaliser cette photo.

 

aHier petit tour en Chartreuse. Le désert d’Entremont. Nous empruntons les pistes de raquettes et ski de fond.

 

 

bLa météo est idéale, nous atteignons le col du Mollard.

 

 

cAu fur et à mesure que nous avançons, nous trouvons encore quelques traces de l’hiver. Les boules de neige fusent de toutes part, nos rires aussi, je parle aux oiseaux en les imitant.

 

 

dEn redescendant nous découvrons une prairie à crocus, magnifique, nous ne savons où poser les pieds pour ne pas écraser ces fleurs printanières.

 

e

 

Demain et après demain seront des journées d’astronomie… mais j’en reparlerai. En attendant, je vous souhaite un heureux week-end.

Posté par Prali à 22:20 - - Commentaires [39] - Permalien [#]

22 avril 2015

Quinze ans déjà

Daniel, mon amour, mon époux, le papa des mes enfants, cela fait quinze ans aujourd’hui que tu t’es endormi dans mes bras, définitivement. C’est si loin et si proche. Je me souviens comme si c’était hier, nous passions le week-end pascal dans notre jolie et coquette résidence de la France profonde. Le printemps éclatait de toutes parts, les oiseaux chantaient si fort ce jour-là ! J’avais acheté de quoi préparer un bon repas de famille le lendemain, pour fêter nos anniversaires.

Ce coin riant et verdoyant de mon Bourbonnais natal était ton paradis. Tu es mort dans ton paradis.  Nous avions acheté cette propriété en 1982 et les jours heureux que nous y connûmes, avec nos enfants, m’avaient réconciliée avec cette région où j’avais vécu une enfance sans joie.

soleil

Nous avons savouré là tant de moments de bonheur. Bonheur festif lorsque nous réunissions famille et amis autour de la grande table dans la maison ou à l’ombre du sapin dans la cour, bonheur calme lorsque nous nous retrouvions seuls, bonheur tout simple d’écouter le jour qui s’endort et la vie nocturne qui s’éveille. Un chien qui jappe au loin, les moutons qui bêlent dans le silence, les chauves-souris qui nous frôlent, les mulots nocturnes qui courent dans la haie, les hannetons qui s’empiègent dans nos cheveux et ma Maman un peu plus bas dans le hameau, qui appelle ses cinq chats chacun par leur nom pour leur donner à manger. Il en manquait toujours un à l’appel, cela nous faisait sourire.  Puis, la nuit tombée, nous guettions l’Etoile du Berger, et les étoiles s’allumaient une à une, et les étoiles filantes nous charmaient. Nous restions là des heures durant, silencieux, émerveillés par tant de beauté, enivrés par le parfum du chèvrefeuille ou du lilas.

venus

Je n’écris pas ces mots pour m’apitoyer et faire pleurer mes lectrices et lecteurs, je souhaite juste rendre hommage à l’Amour de ma vie. Car envers et contre tout, j’aime profondément la Vie même si elle m’a cabossé l’âme et le cœur.

Mon grand regret est que Daniel n’ait pas eu la joie de connaître ses cinq petits enfants, il a seulement connu Benjamin qui avait sept mois au moment du décès. Comme il était heureux et fier devant ce petit bébé ! Mes enfants parlent de leur grand père à leurs petits, leur montrent des photos,  ils le connaissent ainsi, en imagination. Et moi je me souviens, de tout, j’ai eu de difficiles soirées d’hiver où mes larmes brûlantes ont coulé sur mes joues glacées. La douceur de vivre est revenue, je ressens juste une douce nostalgie d’un bonheur enfui et pourtant si présent en moi.

 

P1060639

Posté par Prali à 07:57 - - Commentaires [39] - Permalien [#]

14 avril 2015

Encore un peu du Mont Saint Michel

Oui je sais je suis très en retard pour la publication de ces quelques photos du Mont Saint Michel. Je manque de temps pour tenir ce blog, c’est une évidence. Avec ces magnifiques journées printanières offertes,  je vais par monts et par vaux, environ trois randonnées par semaine. J’ai aussi jardiné dans mon défriché mon jardinet. De ce côté-là tout va bien, pour quelques jours. En mai je l’agrémenterai de fleurs. Ce sont les vacances scolaires et pour l’heure je suis occupée par deux de mes petits enfants. Je prépare aussi notre journée de dimanche, nous serons quatorze autour de mes tables à rallonges pour fêter deux anniversaires.

Pour en revenir au Mont Saint Michel, j’ai fait plus de deux cents photos, difficilement publiables au vu de la foule.

1

Le soir tombe, nous pensons à nous restaurer avant de prendre la dernière navette qui nous ramènera au parking.

2

Nous ne goûterons pas l’omelette de la poule aux œufs d’or…

4

Par bonheur et par chance un petit restaurant nous accueille. Nous y dégustons une crêpe et une salade, délicieuses. L’endroit est bondé, chaleureux, convivial, le cidre me rend presque euphorique.

3

Euphorique ? J’aime bien… Cet après-midi, au bord du Rhône avec les petits, mon portable a sonné, c’était mes amis vosgiens. Il fête ses soixante printemps le 15 août et je suis invitée. Chouette, une fête en perspective, des amis à revoir, des personnes à découvrir,  la vie est belle comme le printemps.

Posté par Prali à 19:09 - Commentaires [37] - Permalien [#]

30 mars 2015

Le Mont Saint Michel

1

Ce week-end devait être riche en observations. L’éclipse… qui s’est fait la belle au lieu de se faire belle, et la marée… qui ne fut qu’humaine. Néanmoins de belles journées en compagnie d’amis chers. Nous avons traversé la France, nous avons beaucoup ri et discuté et, en ce qui me concerne, j’ai découvert une belle région.

2

Dès le samedi matin, des visiteurs –dont nous sommes-  arrivent à la pointe du Grouin, le soleil est toujours absent mais il ne pleut pas. La marée s’est retirée, laissant son empreinte à nos pieds. Les ramasseurs de coquillages et crustacés s’en donnent à cœur joie. Nous rencontrons des gens d'ici qui nous conseillent de nous rendre sur le Mont pour le spectacle de dix huit heures… ce qui me réjouit ne connaissant pas ce superbe site.

3

Nous arpentions les ruelles et visitons l’abbaye. Lorsque nous décidons de rejoindre notre poste d’observation, la marée humaine nous a devancés. Dommage que nous ne puissions nous percher comme les goélands, celui-ci scrute l’horizon.

4

«Alors, elle arrive cette marée ? » semble demander son voisin.

5

L’hélicoptère survole le Mont tout l’après-midi, les journalistes sans doute…

6

A moins que ce soit pour surveiller les personnes qui rejoignent la terre ferme à marée basse, hors de la passerelle. La baie est sujette à l’envasement et la traversée peut s’avérer dangereuse en l’absence d’un guide expérimenté. En effet, il existe plusieurs zones de sables mouvants dans les parties sableuses de la baie.

8

Nous attendions beaucoup de cette grande marée mais qu’importe nous repartons le cœur joyeux, traversant et visitant ça et là de jolis villages avant de reprendre, le lendemain, la transversale pour rejoindre notre belle Savoie.

9

 Encore quelques photos à venir dans un prochain billet.

7

Posté par Prali à 15:46 - - Commentaires [53] - Permalien [#]

17 mars 2015

Le Revard

Pour nous, heureux ( ?) (en tout cas pour moi, oui et re-oui, heureuse !) donc pour moi, heureuse retraitée (pour combien de temps… bah on verra bien, c’est l’aujourd’hui qui compte), c’est tous les jours dimanche. En compagnie de quelques amis, après un succulent couscous maison, nous sommes allés au Revard.

1

Cela faisait une éternité, quarante ans en fait, que je n’étais montée là-haut. Mais voilà, à cette époque c’était l’été et mon regard de jeune amoureuse était différent… plus fou-fou, moins attentif. Oui j’étais très amoureuse, je venais de rencontrer l’homme de ma vie et nous partions en camping dans les Bauges, avec une bande de copines et copains tout aussi fous-fous, au volant d’une Ami8 qui peinait à monter les cols. Derrière nous, la Deudeuche n’avançait pas mieux… Finalement on avait des voitures poussives mais de bonnes jambes, on grimpait comme des cabris… aujourd’hui on a des voitures puissantes mais ça tire du côté de nos hanches, genoux, colonne vertébrale… non non, pas tout ça à la fois, j’exagère un peu, juste un peu !

2

Mais je m’égare en délicieux souvenirs. Aujourd’hui je retrouve le Revard, enneigé, ensoleillé, mais différent. Je reconnais à peine les lieux. J’espérais réaliser de belles photos, me voilà un peu déçue.

3

En effet, le soleil de l’après-midi me prive de cette lumière franche et nette qui vous offrirait une vue à couper le souffle. Voici néanmoins le Mont Blanc zoomé vingt fois.

5

On aperçoit le lac du Bourget dans la brume.

4

Et là-bas dans le lointain, majestueux,  le massif de Belledonnes. Je réalise que le regard que je porte est toujours amoureux !

Posté par Prali à 21:21 - - Commentaires [46] - Permalien [#]