Pralinensavoie... et parfois ailleurs

25 mai 2017

Marmottes

Les photos ne sont pas de moi mais d’amis chers qui sont allés se promener hier au Mont Cenis. Là, les marmottes envahissent pentes et prairies dès les premiers beaux jours.  Une prochaine virée est prévue avec ces mêmes amis, j’espère alors pouvoir photographier moi-même marmottes et paysages somptueux.

En attendant, voici trois superbes photos qui m’ont beaucoup amusée, me demandant s’il s’agit là d’une scène de jalousie, de chahut amical, d’amour naissant…

170524-521-Marm+al

170524-522-Marm+al

 

170524-015Je vous souhaite une bonne nuit, de dormir… comme une marmotte.

Posté par Prali à 21:33 - Commentaires [21] - Permalien [#]


23 mai 2017

D'hier et d'aujourd'hui

Comme on dit, les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Voici quelques photos de ma randonnée d’hier ; peu de photos, le circuit étant principalement en forêt et les quelques points de vue uniquement sur le lac d’Aiguebelette. Aujourd’hui, pas de randonnée, paresse sur un banc en compagnie de Manouedith pour une première rencontre. Encore moins de photos que la veille, aucune même, private life. Paresse et papotage ininterrompu tout l’après-midi. Pendant ce temps son mari –petit Mari comme elle aime l’appeler sur son blog- ramait sur le joli plan d’eau entouré des somptueuses montagnes de l’Ain et de la Savoie. Quant à la toute mignonne petite Myrtille, elle japait après tout ce qui bougeait autour d'elle. Edith est une personne absolument charmante et profondément humaine avec laquelle j’ai eu grand plaisir à échanger, d’ailleurs c’est bien simple nous n’avons pas vu passer l’après-midi. On s’est d’ailleurs donné rendez-vous (non pas dans dix ans !) dès que nos emplois du temps respectifs le permettront. Mais sans doute très bientôt.

P1130935

P1130938

P1130946

P1130955

Posté par Prali à 21:24 - Commentaires [23] - Permalien [#]

17 mai 2017

Rando du jour

1Les émetteurs gâchent la vue... mais faudrait savoir, veut-on la télévision et le téléphone mobile ou veut-on de superbes paysages où la main de l’homme n’a laissé aucune empreinte ? (les deux mon capitaine)

2Celui-ci a été installé récemment.

 

3La montée fut rude, mais là-haut, quelle récompense ! D’un côté la chaîne du Mont Blanc,

4De l’autre les sommets de Chartreuse.

5De belles et solides maisons de montagne.

6Il n’a pas un regard sympa ce cheval (déjà que je les crains…), heureusement c’est un faux (remerciez-moi de le préciser, vous ne l'auriez pas deviné).

7Par contre, ces belles poules sont bien réelles, la photo est un peu floue, entre le vent sifflant soufflant dans les grands sapins verts, et le fait qu’elles ont la bougeotte. Colette je te les dédie !

Posté par Prali à 22:16 - Commentaires [32] - Permalien [#]

15 mai 2017

Voyage en Italie

Les lundis de Lakevio - Peinture de Aldo Baldwin

 

lakevio

Ah l’Italie ! J’ai aimé, j’aime et aimerai toujours ce pays gorgé de soleil, ses ruelles grouillantes et bruyantes. Ils parlent fort ces ritals de mon cœur, leurs mots et éclats de voix chantent inlassablement et leurs rires s’égrènent comme des notes de musique, sur les terres de mon rital à moi, celui que j’ai épousé il y a quarante-deux ans. Une famille accueillante, des bambino curieux, les petits plats dans les grands, la salle à manger, au sol recouvert de marbre, que l’on n’ouvre que dans les très grandes occasions. La voix perçante et affectueuse de zia Bruna qui nous tire de nos tendres conversations pour que l’on assiste à la préparation du minestrone ou des pâtes fraîches…

Avec le besoin impératif de retrouver ces morceaux d’éternité, je m’évade de mon quotidien,  je reviens là, à Mantova, sous les arcades, à l’abri du soleil dardant au printemps naissant. Indifférente à la joyeuse rumeur de la ville, je nous revois, jeunes et fourmillants d’heureux projets de vie.

Ai-je rêvé ?

Dites-moi,

Est-ce le bonheur

Ces souvenirs déjà lointains ?

Le bonheur passe-t-il par le ciel tourmenté

Qui s’offre aujourd’hui à mon regard ?

Et par le soleil qui apparaît furtivement

Puis disparait

Derrière les nuages noirs ?

Nuages qui roulent et déboulent

Où vont-ils, vers quoi, vers qui ?

Sont-ils la vie, ma vie ?

Il ne me reste plus maintenant

Que le temps

De ressortir mes crayons de couleurs

Pour déposer de-ci de-là une touche de bonheur.

 

Roberto Alagna _ Sicilian _ Parla piu piano

 

Posté par Prali à 07:23 - Commentaires [24] - Permalien [#]

08 mai 2017

Confidences dans la prairie

Les lundis de Lakevio - Harold Harvey - Cornish children

lakevio

-      Ben mon Jeannot, que fais-tu là, étalé dans ce pré ? Oh mais ça n’a pas l’air d’aller, on dirait bien que tu as pleuré.

-      Mais non Lucie, c’est pas vrai, d’abord fiche moi la paix, va-t’en !

(disant ces mots, Jeannot éclate en sanglots, Lucie s’agenouille près de lui)

-      J’en ai marre, marre et marre, tu comprends ! mes parents me saoulent, en ce moment il n’y a que la politique qui compte, les présidentielles… la politique et leur boulot. Ils courent tout le temps, même le week-end ils courent, il ne leur viendrait pas à l’idée de venir avec moi se reposer dans ce joli pré fleuri… tu vois, un pique-nique au milieu de ces fleurs, c’est pourtant simple et joyeux. Eh bien non, maman astique une  maison où personne ne semble vivre heureux, papa est sur son ordinateur à établir le bilan de sa semaine professionnelle. Et moi je suis là, transparent, c’est comme si je n’existais pas. Seul le chat vient se frotter contre mes jambes en ronronnant. Oh bien sûr, je ne manque de rien sur le plan matériel et je sais que malgré tout cela mes parents m’aiment et me protègent… mais j’aimerais tellement qu’ils arrêtent un peu de courir et de ne penser qu’à leur travail !  dis-moi Lucie, c’est ça être un adulte ?

-      Non Jeannot, ce n’est pas tout à fait ça, viens, allons embrasser tes parents, tu sais dans la vie il faut parfois faire les premiers pas.

Posté par Prali à 08:26 - Commentaires [36] - Permalien [#]


03 mai 2017

Le monastère orthodoxe de la Faurie

 

P1130507Situé dans les Hautes-Alpes sur un plateau isolé, à mille mètres d'altitude environ, entouré de sommets culminant à deux mille mètres, le monastère a été construit par les moines eux-mêmes, avec l'aide efficace de leurs nombreux amis, sur les ruines d'un ancien hameau.

P1130501Ce hameau était, jusqu'à la Révolution, une ferme de la chartreuse.

P1130498Malgré son isolement, le plateau de Notre-Dame offre un lieu parmi les plus propices. A la fois assez écarté de toute agglomération, la plus grande ville, Gap, se trouve à une quarantaine de kilomètres de là, tout en étant sur l'axe routier principal qui va de Sisteron à Grenoble.

P1130504L'emplacement permet cet équilibre entre la retraite, cet "éloignement du monde" essentiel à toute démarche monastique authentique, et le service pastoral.

P1130510En publiant les photos de ce magnifique ensemble de bâtiments parfaitement restaurés, il me semble entendre encore le mistral s’engouffrer dans les moindres recoins, hurler dans les grands arbres, nous obliger à résister à sa violence en tentant de l’empêcher d’arracher la portière de notre voiture ! Ciel bleu et limpide, calme et insouciance des heures de bonheur que j’ai savourées sans modération.

P1130517

Posté par Prali à 17:39 - Commentaires [28] - Permalien [#]

24 avril 2017

Les violettes

Les lundis de Lakevio - Le bouquet de violettes de Catherine Klein

lakevio

Je contemple ce bouquet de violettes… mon esprit s’évade, je quitte ma vie du moment,  je revois mes enfants, petits. C’est un peu loin, c’était hier, c’est tout près, c’est maintenant. On  les prenait souvent pour des jumeaux. Ils n’ont que treize mois de différence. Quand on partait en balade dès les premiers rayons de soleil printanier, primevères et violettes garnissaient les talus. Rapidement la sortie prenait un air de sur-place.  Deux petites paires de fesses en l’air, quatre petites mains plongeant dans l’herbe pour rafler toutes fleurettes à la portée de nos chérubins, et nous voilà stoppés pour un moment. On avait beau leur dire que l’on cueillerait les fleurs au retour, qu’elles allaient être abîmées, rien n’y faisait. C’était à celle ou à celui qui aurait le plus beau bouquet.  Et comme prévu, serrées dans les menottes moites, les violettes avaient triste mine à la fin du parcours. Qu’importe, elles se requinqueraient bien dans un verre d’eau fraîche. Les plus beaux bouquets que nous ayons reçus.

 

Posté par Prali à 21:11 - Commentaires [39] - Permalien [#]

20 avril 2017

Il est où l'bonheur ?

Pâques s’en est allé comme il est venu. Les Pâques se suivent et ne se ressemblent pas. Celui-ci fut un peu différent. Même sans folle envie, nous nous sommes réunis. Pour les petits-enfants que nous avons en commun. Pour l’anniversaire de Marina. Cela s’est bien passé. Aucune réflexion désagréable de part et d’autre. Aucune allusion au divorce en cours. Un semblant de bonheur. Pour les enfants. Et pourtant j’en avais gros sur la patate après avoir lu les méchancetés écrites publiquement sur un réseau social confondu avec le tribunal. Comme une mise à mort de ma fille. La vilaine. La responsable. Celle par qui le malheur arrive. Et pourtant chacun sait que lors d’une séparation, il n’y a pas un bon et un méchant, l’un tout noir et l’autre tout blanc. Il y a deux personnes qui n’arrivent plus à s’entendre, à communiquer. Comme deux chandelles dont la flamme vacille sous un vent violent. Puis finit par s’éteindre. Chacun a des griefs envers l’autre. Des non-dits qui traînent depuis trop longtemps. Alors pitié, ne nous en mêlons pas ! Ce sont leurs problèmes. Qu’une maman prête une oreille attentive aux chagrins de son enfant, quoi de plus normal, mais envenimer la situation en brisant la mince couche de sérénité restante, quoi de plus terrible… Je veux croire que l’intelligence et l’humanité reprendront le dessus, que l’apaisement viendra, que nous ne perdrons pas cette notion si belle d’amitié et de famille. Heureusement j’ai un entourage chaleureux, vous aussi qui me lisez, je tiens à votre amitié et apprécie vos gentilles attentions. Et aussi bien sûr, la Nature qui ne cesse de m’émerveiller par cette explosion de couleurs et de senteurs. Sillonner ma région où le jaune vif des champs de colza tranche avec l’herbe grasse des pâturages, le vert tendre du blé de printemps qui ondule déjà au vent et le marron des labours, me rend heureuse, euphorique, vivante.

P1130782Gâteau de Savoie aux pépites de nougatine, fleurs en sucre, petits oeufs de Pâques, bougie Minnie.

 

P1130832Ma campagne riante, verdoyante, colorée, parfumée.

P1130847

P1130834

Posté par Prali à 22:11 - Commentaires [29] - Permalien [#]

11 avril 2017

Saleté de chenilles

Il est dit que la météo est toujours mauvaise pendant la semaine sainte, même pas vrai cette année… Enfin, on n’est que mardi ! Hier, nous décidons, Danielle, Monique et moi de faire une randonnée au départ de Notre Dame de la montagne, sur les hauteurs de Yenne. J’aime ce lieu, cette portion du chemin de Saint Jacques que j’ai parcourue de nombreuses fois.  Le paysage est sublime, comme toujours en Savoie, la Dent du Chat se découpe sur le bleu du ciel.

P1130769Nous garons la voiture et voyons sur l’autre versant du Rhône un déploiement de gendarmes et pompiers. Nous comprenons que çà crame, la montagne est noire et fumante. La sécheresse, les buis complètement morts, il n’en faut pas plus pour alimenter un feu dont nous ignorons la provenance. Les canadairs ont déjà maîtrisé l’incendie, nous dit un monsieur. Mais le feu semble reprendre de plus belle. Sur le chemin du retour nous voyons dans le ciel deux canadairs chargés d’eau du lac d’Aiguebelette.

 P1130773

Nous commençons à gravir le joli sentier étroit. Notre bonheur est de courte durée, nous sommes bientôt envahies de minuscules chenilles. La pyrale ! Les buis, très présents dans ce secteur, ne sont pourtant que bois morts tout rabougris, néanmoins les chenilles sont là, pendouillant à des fils, sur tous les autres arbustes. Le sentier est étroit, permettant à ces fils de se rejoindre d’un bout à l’autre du sentier. Elles sont des centaines, elles se collent dans nos cheveux, sur nos bras, sur nos tee-shirts et pantalons.

P1130767Je trouve que Notre Dame ne nous protège pas tellement... ah mais il est écrit sur un panneau qu'elle protège les fidèles... et nous... ben voilà, c'est pour ça...

P1130770Nous battons en retraite et nous contentons de visiter une église, d’admirer la Chartreuse au loin, d’aller boire un coup au bistrot d’un village endormi.

P1130775

 

Posté par Prali à 14:52 - Commentaires [37] - Permalien [#]

09 avril 2017

Balade du jour

P1130749Sous un soleil éclatant et une température digne d’un mois de mai, j’ai retrouvé mon cher Saint-Maurice de Rotherens. Un endroit où il y a avait beaucoup de buis mais la pyrale est passée par là. Tout est dévasté.

 P1130750Le Rhône d’un beau bleu se pavane entre Savoie et Ain.

 P1130751Vu du sommet de la montagne, ses méandres lui donnent cette impression de calme et sérénité.

 P1130756J’ai rencontré un joli troupeau de chèvres.

P1130754 Et un chat aux yeux perçants.

Une belle journée qui ferait presque oublier les soucis.

 

Posté par Prali à 20:55 - Commentaires [21] - Permalien [#]