Pralinensavoie... et parfois ailleurs

13 mai 2019

Petite poésie du losange

Les lundis de Lakevio

lakevio

Bo Fransson  - Springtime in the garden.

La poésie du losange 

Un

chat noir

fatigué

se reposait

sur un doux coussin

quand la souris

chatouilla

son nez

fin.

(Pauline, CE1)

 

 Sur ce modèle, créez un poème en losange

en vous inspirant du tableau proposé.

 (mais jusqu'à dix pieds pour la ligne du milieu,

 car nous ne sommes plus au cours élémentaire !)

  Géométrie, lundi !

 

 

 Elle

S’avance

Légers pas feutrés

Hésitants, chancelants.

Où va-t-elle, petite fille désemparée ?

Mais comment s’orienter ?

Univers hostile.

Un espoir :

Lui.

 

Posté par Prali à 06:17 - Commentaires [36] - Permalien [#]


06 mai 2019

Le lundi c'est... école buissonnière !

Aujourd’hui c’est lundi… et le lundi c’est… le devoir à rendre ! Et une fois de plus je fais l’école buissonnière. Mais j’ai un mot d’excuse (oui, je sais, comme d’hab !), en fait j’étais absente ces deux jours passés. Week-end d’astronomie, notre « interclubs » annuel. Clubs savoyards et dauphinois se sont retrouvés dans une ambiance festive, amicale, chaleureuse… mais studieuse aussi ! Il est vrai que nos réunions d’astronomie ont toujours des allures de gastronomie, les deux s’alliant à la perfection. Bref, nous avons bien ri, plaisanté, chahuté, bu, mangé… mais aussi bien travaillé. Enfin, quand je dis « travaillé » ce sont surtout nos conférenciers qui ont bossé, nous les avons écoutés attentivement nous parler de la Lune, de la pollution lumineuse,  de Cronos qui avalait ses enfants ! (mais Zeus en fut sauvé…), je ne suis pas fan de mythologie grecque mais je me suis laissée bercer par cette histoire. Et puis nous avons eu droit aux fabuleuses photos d’un astrophotographe qui, avec pour compagnons son télescope et son ordinateur, baroude avec son camping-car dans le monde entier à la découverte des plus beaux ciels, paysages, marées, aurores boréales... La météo ne nous a pas permis d’observer, les télescopes n’ont pas été sortis. Pluie, neige, nuages  n’ont cependant pas altéré notre bonne humeur. Hier soir j’ai eu du mal à redescendre sur terre, c’était trop bien d’être dans la Lune, dans les étoiles et dans les galaxies lointaines.

Bon, mais sur Terre, toujours de belles choses, je termine par quelques photos de mon dernier périple, Lot et Aveyron.

P1180269

P1180270Conques, parmi les plus beaux villages de France et classé au patrimoine mondial de l’humanité,  avec son église abbatiale, est une étape importante du chemin de Compostelle.

P1180283Nous avons trouvé une jolie salle à manger de rochers faite pour savourer notre pique-nique  tout en contemplant le village d’en haut.

 

 

P1180312Saint Cirq Lapopie, autre beau village médiéval est bâti sur un escarpement rocheux surplombant la rive gauche du Lot, face à un cirque de falaises. Passer dans ces beaux villages fut très émouvant pour moi, les pèlerins rencontrés m’ont fait rêver plus que jamais au Chemin… Tanette, c’est quand qu’on le fait ?

 

 

P1180448

Rocamadour… je n’y ai pas rencontré le loup ! Autre belle cité médiévale, accrochée à une puissante falaise dominant de cent cinquante mètres la vallée encaissée de l’Alzou. Les ruelles tortueuses sont cernées de portes fortifiées. N’étant pas pèlerine, je n’ai pas gravi les marches à genoux, de l’escalier monumental  menant à l’esplanade des sanctuaires !

P1180460

P1180467

 

Posté par Prali à 18:21 - Commentaires [25] - Permalien [#]

28 avril 2019

Au fil du Lot et en Aveyron

1Les méandres du Lot.

2Le Lot à Espalion où nous avons dormi la première nuit.

 

P1180215Estaing un des plus beaux villages de France.

 

P1180255Vue générale du château d'Estaing.

 

P1180361Le pont Valentré à Cahors.

 

Posté par Prali à 17:19 - Commentaires [38] - Permalien [#]

08 avril 2019

Pause printanière

180926-371-Viaduc de MillauBesoin d'ailleurs et de changement d'air, je m'en vais voir les beaux villages de France, dans ces environs-là. 

180926-394-La Cavalerie-Vielle villeJ'ai pris ces photos à l'automne dernier, promis j'en ramène plein ma valise.

180925-290-St GuilhèmePortez-vous bien, soyez heureux !

Posté par Prali à 06:56 - Commentaires [35] - Permalien [#]

01 avril 2019

Un balcon

Les lundis de Lakevio

 lakevio

 Fabian Pérez - Cendrillons de la nuit

  Pour une bouffée... d'air.

  Nous saurons si la soirée a été bonne, lundi !

Prenant l’air frais par cette belle soirée étoilée, j’entends chuchoter au-dessus de ma tête. Je lève les yeux et découvre deux belles jeunes filles bavardant à bâtons rompus. Tiens, je ne les ai jamais croisées dans ce quartier où je réside pourtant depuis de nombreuses années. Bah, sans doute de nouvelles venues qui ne fréquentent pas les mêmes lieux que moi. Des élégantes, vêtues plutôt pour côtoyer les endroits branchés que les sentiers de randonnée sur lesquels j’ai déjà usé pas mal de godillots. Oh et puis il y en a une qui fume ! Beurk ! Quelle soirée peuvent-elles bien vivre ? Alors ça, mystère, il faut dire que je n’ai pas trop envie de le savoir… Je préfère déambuler sous les étoiles en rêvassant à la belle journée que je viens de vivre. C’est que depuis quelque temps déjà, le printemps a sonné à ma porte.

Alors Maîtresseeeeeuh ! Ça  « me nerve » grave de bosser le week-end alors que le soleil brille effrontément. N’entends-tu pas les petits zozios pépier à qui mieux mieux ?  Les fleurettes jaillissent des talus, les bourgeons éclatent à vue d’œil,  le cerisier m’envoie des millions de promesses de délicieux clafoutis. L’écureuil fait des galipettes dans le grand sapin, il est si rapide qu’il m’en donne le tournis. La glycine explose en senteurs tellement enivrantes que je sens comme une petite envie de sieste dans la toute nouvelle herbe d’un joli vert tendre où déjà les grillons chantent les temps chauds.

Alors Maîtresse ! Tu penses bien que la soirée des jeunes filles sur leur balcon… bon, ben voilà…  je l’ai zappée !  Hein ? Quoi ? Qu’est-ce que tu dis ? Qu’il va pleuvoir cette semaine ? Tant mieux, j’aime aussi la pluie bienfaitrice.

 

Posté par Prali à 08:48 - Commentaires [34] - Permalien [#]


25 mars 2019

Laconique

Les lundis de Lakevio

 

lakevio

 C'est le devoir téléphoné !...

 Luce appelle Francis.

 Nous ne connaissons que les réponses de Francis.

 A vous d'imaginer  et d'intercaler ce que raconte Luce,

 connue pour être très bavarde en toutes occasions,

 et surtout au téléphone.

 

 

 Salut Francis, ici Luce, je peux te parler quelques instants ?

 - Oui.

 Je ne te dérange pas ?

 - Non.

 Vrai ? parce que c’est un peu délicat, alors dis-moi, si tu préfères qu’on se voit au troquet en bas de chez toi

 - Mais, comme tu veux !

Ok, alors écoute-moi, tu es mon petit frère et je sais que je peux compter sur ton écoute, et ton aide précieuse. Voilà, samedi soir je suis invitée chez des amis où je vais rencontrer un homme très important.

 - Ah bon !

Oui mais arrête de me couper la parole à tout bout de champ sinon on ne va jamais y arriver, l’heure est grave. Voilà, je suis devant mon dressing et je suis bien embêtée quant à la tenue que je vais adopter. Tu te souviens de la jolie robe bleue à paillettes que j’ai achetée avec toi à Saint Trop’ ? Elle irait trop bien avec mes talons hauts du même bleu, ou à peu près… Attends, bouge pas, je viens de dénicher mon ensemble vert que je n’ai pas remis depuis l’enterrement de pépé Louis… Tu es toujours là, je ne t’entends plus, tu t’en fiches hein, de mes hésitations !

 - Mais non !

Bon, alors sois un peu plus coopératif, c’est très important pour moi cette soirée. Une tenue qui ne plaît pas, un maquillage raté et je suis grillée !  Je ne suis pourtant pas la plus moche du pays mais il y va de mon avenir… professionnel et sentimental ! Ce monsieur est le DRH de l’entreprise Olapouf, d’ailleurs tu le connais peut-être ?

 - Non.

Bon, bref, pas grave, tout ça pour te dire que je suis bien embêtée et stressée. Oh puis zut je vais m’acheter une nouvelle toilette. Tu m’as tellement souvent accompagnée dans mon shopping et bien conseillée, viens avec moi cet après-midi, on va faire les boutiques !

 - Pas cette fois.

T’es pas sympa quand même ! Je vais me débrouiller, tiens je vais appeler Sylvie, elle a bon goût et l’habitude de côtoyer du beau monde !

 - Pourquoi pas.

 Mais quand même, tu pourrais faire un effort, tu ne te rends pas compte de l’enjeu ! Tu as toujours été à mes côtés dans mes galères, allez, accompagne-moi !

 - Ah, non !

 Voilà, tu t’en fiches !

 - En effet.

 T’es qu’un ingrat !

 - Peut-être.

 Ça c’est de la réponse ! Je ne te reconnais pas, toi mon petit frère qui m’aimait tant… Bon, c’est pas grave, je ne vais quand même pas me priver d’une belle soirée qui risque de déterminer mon avenir !

 - Fais pour le mieux.

 Tu peux me faire confiance ! Tu connais un peu Sylvie, elle a bon goût !

 - Oui.

D’ailleurs elle a tellement bon goût qu’elle t’a remarqué l’autre jour au supermarché et elle m’a dit qu’elle aimerait bien boire un pot avec nous un de ces jours…

 - D'accord.

Ah ! Tu es d’accord, super ! Vite je l’appelle et on se retrouve au bar dans une heure ! Fais-toi beau, frérot !

- C'est ça.

 Suis d’un coup toute joyeuse ! Et dans la foulée on ira faire les boutique, Sylvie aura sûrement besoin de l’avis d’un homme qui a du goût !

 - A tout à l'heure.

 

 (WAOUH l’empressement du gars !)

 

Posté par Prali à 08:22 - Commentaires [43] - Permalien [#]

18 mars 2019

Beauté masculine

Les lundis de Lakevio

"Il est des hommes, lorsqu'on les aborde, avec lesquels les approches, les temps morts qu'exigent les règles de politesse, n'ont pas de sens, parce que ces hommes vivent en dehors de toute convention dans leur propre univers et qu'ils vous attirent aussitôt."

Extrait de  Le Lion de Joseph Kessel

lakevio

Toile de Joshua Miels 

 Admiration, fascination, amour, amitié...

Vous inclurez la phrase citée dans le portrait de votre choix.

 A la Galerie, lundi !

 

Oh ! Un bien beau visage que nous propose maîtresse Lakevio ! D’après Monsieur Joseph Kessel dans son roman « le lion » "Il est des hommes, lorsqu'on les aborde, avec lesquels les approches, les temps morts qu'exigent les règles de politesse, n'ont pas de sens, parce que ces hommes vivent en dehors de toute convention dans leur propre univers et qu'ils vous attirent aussitôt."Ah bon ? Je ne sais pas qui sont ces hommes et « leur propre univers », en tout cas l’attirance, l’admiration, oui, ça me parle ! Cela me rappelle une émission, il y a quelques années. Il s’agissait de voter pour élire le plus bel homme du monde. Les français (les françaises ?) avaient décidé que Tom Cruise était le plus beau… Ben voyons… mais moi, on ne m’avait pas interrogée et je n’aurais pas voté pour lui (j’aurais voté Jean Reno). Visiblement, il ne s’agissait là que de plastique impeccable, de biscoteaux d’enfer, d’yeux à faire chavirer les midinettes (et les ex midinettes), de sourires charmeurs et de jolies fesses.

Mais qu’est-ce qu’un homme beau et attirant ? Pour moi ce n’est pas uniquement un physique flatteur… Et voilà, on va dire la Praline elle crache dans la soupe, elle manque de franchise et d’honnêteté, j’en entends déjà qui me comparent au renard devant les raisins verts de Monsieur de la Fontaine…

Pour moi, un homme attirant est celui que sait me donner envie de lui parler de tout, qui sait toucher mon cœur et me donne envie de l’écouter, qui sait être capable d’aimer et respecter ceux qui me sont chers tout comme j’ai envie de découvrir ses aimés. Qui sait me faire rire et prendre ma main pour partager mes bonheurs et mes chagrins, qui sait comprendre mes envies, mes désirs et mes rêves, Qui sait m’émouvoir en me cueillant un bouquet de marguerites sur le bord du chemin. Qui réclame mon attention quand il rentre du travail et me dit que je suis son rayon de soleil. Qui m’offre son épaule solide et tendre, me demande de raconter ma journée, me motive et me donne sa confiance dans mes hésitations. Me dit que je suis belle car je sais que je peux être belle grâce à lui.

Liste non exhaustive bien sûr... Comment ça, je suis exigeante !?

 

Posté par Prali à 07:00 - Commentaires [37] - Permalien [#]

04 mars 2019

Une partie de pêche

Les lundis de Lakevio

 

lakevio

Une partie de pêche.

Un jeudi, de bon matin, debout sur une roche, je laissai flotter ma ligne dans le tourbillon des belles eaux claires. Ah, quel bonheur, quand au bout de quinze à vingt minutes, en allongeant et retirant lentement l'amorce sur l'eau agitée, tout à coup une secousse répétée m'avertit que le poisson avait mordu et qu'ensuite le bouchon descendit comme une flèche habilement lancée. C'était un gros ! Je le laissai filer, et puis, relevant la gaule à la force du poignet, une truite colorée fila dans les airs et se mit à sauter au milieu des ronces coupées et des herbes pleines de rosée.

(d'après Erckmann-Chatrian)

Doublez le texte (au moins !) grâce à l'ajout d'adjectifs, adverbes, conjonctions, propositions conjonctives, relatives, etc...

Bref, noyez le poisson !

Pêche aux textes, lundi !

 

Par un jeudi tout calme, de bon matin,  soleil levant et brouillard flirtant entre les roseaux,  debout sur une roche surplombant la rivière, je laissai flotter ma ligne et mes pensées, dans le tourbillon chantant des belles eaux claires. Ces vacances de printemps commençaient merveilleusement bien. Je souriai de plaisir, imaginant mes collègues au travail, plus ou moins réveillés (plutôt moins que plus !).  Ah, quel bonheur, quand, sortant de ma douce rêverie, au bout de quinze à vingt minutes, mon cœur battant la chamade, en allongeant et retirant lentement l'amorce sur l'eau subitement plus agitée et bouillonnante, tout à coup une secousse répétée, presque douloureuse, m'avertit que le poisson avait mordu et qu'ensuite le bouchon descendit comme une flèche habilement lancée. A pic, sans hésitation, en un clin d’œil.  Aucun doute, c'était un gros ! Retenant mon souffle, je le laissai filer et puis, relevant la gaule à la force du poignet, une magnifique truite colorée fila dans les airs et le ciel déjà prometteur et se mit à sauter telle une furie au milieu des ronces coupées et des herbes pleines de perles de rosée. Je n’eus pas le cœur à la capturer, ôtai délicatement le hameçon de sa mâchoire et la rendis à son milieu aquatique où elle vécut heureuse comme un poisson dans l’eau.

 

Posté par Prali à 08:41 - Commentaires [52] - Permalien [#]

27 février 2019

Vacances chez Mamie

Ce sont les vacances scolaires, ensoleillées, chaudes, affectueuses. Bonheur et complicité partagés avec ma petite Marina. Elle aime rire, chahuter, jouer, lire. Hier Elisa s’est jointe à nous pour la journée. Le matin, tandis que je préparais le repas, rangeais un peu la maison, elles ont joué à se bander les yeux, à tour de rôle, et à deviner trois choses comestibles qu’elles devaient manger, au moins goûter… puis recracher... ou pas. Ce fut du fromage, une pâte de fruit, du cacao en poudre mais aussi du sel fin, du chou-fleur… Elles ont bien ri, et moi aussi. Puis nous avons confectionné des petits cannelés chocolat et crème de marrons.

P1180080L’après-midi nous avons fait le tour du petit lac. Elles ont traînassé, se confiant sans doute des petits secrets. Alors pour ne pas troubler leur échange, je marchais loin devant tout en surveillant qu’elles suivaient. Elles entreprirent ensuite de sauver la vie de gendarmes en danger sur le trajet des promeneurs ! Gendarmes... insectes évidemment, n’allez pas croire… on n’est pas sur les ronds-points ! Les petites bestioles se sont retrouvées dans une pochette de mouchoirs jetables et remises en liberté dans un joli coin d’herbe.

P1180041

P1180042Le soir tombant, nous étions bien fatiguées mais heureuses de contempler le soleil couchant flamboyant sur la Chartreuse puis un avion surgissant par-delà le sommet. J’ai eu envie d’être dans cet avion, survoler les Alpes est une pure merveille.

P1180022

P1180049Ce matin, Marina a décidé de me maquiller et de me coiffer… Ouille ! Heureusement, le cirque vient de quitter ma ville sinon j’aurais été embauchée de suite au rayon clown ! Elle s’est appliquée mais tout a un peu débordé, le rouge à lèvres, le noir aux yeux… et encore, j’ai refusé le mascara, je me voyais déjà aux urgences ophtalmiques ! Quant à la coiffure, Marina m’a dit « tu vas voir Mamie, tu vas ressembler à Harry Potter ». Elle est adorable cette petite.  Non, vous n’aurez pas de photo. Bon, j’arrête là mon bavardage pour aujourd’hui, je sens une lourdeur peser sur mes paupières et je crois que le cake demande à sortir du four.

Posté par Prali à 11:26 - Commentaires [31] - Permalien [#]

19 février 2019

A Serge

Quelle chienne de vie, parfois… tellement éberluée je suis, que j’ai du mal à partager ce que je ressens, et pourtant cela me semble une nécessité. Sous peine d’étouffer sous le flot de tristesse et de larmes qui m’assaille.

Tu étais un ami. Le mari d’une amie. Je te savais malade mais j’étais convaincue que ta carcasse d’ancien basketteur saurait lutter et gagner la bataille. Je t’avais rencontré, avec ta douce moitié, il y a environ trois semaines, autour de notre petit lac. Tu marchais lentement, avec des bâtons de marche, mais tu étais debout, vivant, profitant du bon soleil de ce début d’après-midi. J’étais alors persuadée que tu étais en bonne voie de guérison. Je l’espérais de toutes mes forces. Hélas, cela ne suffit pas, le couperet est tombé en milieu de semaine dernière. C’est ma fille qui m’a annoncé la nouvelle, prenant pourtant toutes précautions. Inutiles. Elle était et est aussi ravagée que moi.

Tu sais que je ne suis pas près de t’oublier, mon cher Serge… ah tiens, qu’est-ce qu’on a pu rigoler un jour en essayant de prononcer, sans bafouiller «je vais chez ce cher Serge ».

Tes idées et ton engagement politiques, sans faille, dans déroger, depuis toujours,  faisaient de toi un personnage très digne et très intéressant. Tu aimais les livres et l’écriture. Je guettais toujours avec impatience et bonheur les articles que tu publiais sur notre journal local. Des mots vrais, forts, qui forçaient la réflexion, l’admiration et le respect.

Et que dire de nos réunions familiales et amicales ! Un pur bonheur quand tu nous offrais l’immense plaisir de t’écouter chanter. Une voix puissante, juste,  à ton image finalement. On fermait les yeux et c’est comme si Luis Mariano était parmi nous. Une autre chanson fétiche nous charmait « Clémentine », je n’arrive pas à la retrouver sur le Net, aucune proposition ne correspond aux paroles et à la mélodie qui nous enchantaient. Ne me dis pas que tu l’as emmenée avec toi !

Tu nous as aussi beaucoup fait rire avec le sketch de Fernand Raynaud « La bougie », il n’y avait que toi pour ce genre d’imitation.

Voilà, c’était pour terminer sur des notes gaies, parce que la Vie est là et nous appelle à la vivre pleinement, elle est bien trop courte !

A toi, C. qui aujourd’hui pleure ton Amour, tu sais qu’il aimait te voir sourire, rire, chanter… Je te souhaite de retrouver ton visage aimant et heureux, pour toi,  pour nos petits-enfants, pour ta famille, tes amis.  Tu étais là près de moi quand la mort m’a arraché mon Grand Amour, sache qu’aujourd’hui je suis là.

2- Rire d'hier- La bougie

Posté par Prali à 19:52 - Commentaires [28] - Permalien [#]