«La tendresse… c’est quelquefois ne plus s’aimer mais être heureux de se trouver à nouveau deux… » Au temps de mes amours vives remonte cette chanson. De me faire fondre, de tendresse justement, elle eut le don. Paroles rassurantes truffées de tranquilles certitudes, dans un souffle chaud, murmurées contre mon cœur…  Mots magiques, révélateurs alors d’une improbable solitude. J’étais bien jeune…

Pour moi maintenant, ces mots n’ont plus rien de magique, ni de rassurant. Ils m’ont même ôté l’illusion de cette improbable solitude. Je ne suis plus concernée puisque mon cœur se balade désormais en plein courant d’air… Heureusement mes enfants et petits-enfants, mes amis aussi,  sont là pour le faire battre ! Ah mes amis, justement… je pense à un couple précisément. Les regarder vivre me chagrine. Bien des années ont passé depuis que l’amour avait réuni leurs cœurs de teenagers peace and love des années 70. Comme le chante ma préférée, Barbara, il a foutu le camp le temps du lilas, le temps de la rose offerte, le temps des serments d’amour, le temps des toujours toujours. Oh ils ne sont pas malheureux, c’est un duo inséparable… mais voilà, le poids des habitudes, quelques galères, le tourbillon de la vie… ce tourbillon bien connu qui fait qu’on a passé des décennies à bosser, construire la maison, élever les enfants… lesquels prennent leur envol un beau matin, à l’aube de leur maturité. L’amie que j’évoque m’a fait quelques confidences, de ses attentes, de la distance qui s’est insinuée, du frisson qu’elle aimerait tant retrouver, de la monotonie installée. Cela m’a attristée et remis en mémoire cette chanson Daniel Guichard.

Ne vous inquiétez pas, je vais bien, j’ai le moral ! Je sais je sais, je n’écris pas beaucoup mais j’ai été patraque toute la semaine, un gros rhume, la visite chez le dentiste, mes petits à chouchouter, visites à l’hôpital, le tourbillon de la vie !

P1160389

P1160390

P1160392J'ai quand même bien bossé, voici les desserts pour l'anniversaire de mon Théo, 14 ans déjà ! Théo...file, quoi !

Daniel Guichard - La Tendresse