Les lundis de Lakevio

L'insaisissable étrangeté

couloumy annefrancoise 5

 Anne-Françoise Couloumy

 "Il ne faut jamais éclaircir le mystère. De toute façon, un écrivain ne le pourrait pas. Et même s'il cherche à l'éclaircir de manière méticuleuse, il ne fait que le renforcer.

Patrick Modiano

N'ayez pas peur !

Je ne demande pas une dissertation en trois paragraphes sur la citation de Modiano !

Mais simplement d'écrire, à partir de la toile du jour, une histoire un peu, beaucoup, passionnément ...

ONIRIQUE ETRANGEMYSTÉRIEUSE...

Et le mystère s'épaissit... jusqu'à lundi !

-:-:-:-:-:-

Comme ma copine Heure Bleue, je vais habilement détourner mon attention du devoir de maîtresse Lakevio dont le thème m’emplit de tristesse. L’étrange et le mystère ne m’inspirent ni ne m’habitent ce soir. Ce soir je suis déjà triste. Triste et seule. Ce matin j’ai déposé mes deux petits enfants chez leur papy et son épouse. Mes chérubins aimés étaient là depuis une semaine, des jours joyeux, festifs, fatigants certes mais tellement rigolos. Ces trois derniers jours j’avais également les deux aînées de mon fils. Alors vous savez quoi !? Eh bien derrière la porte close il s’en passait des choses ! Ni mystérieuses ni étranges. Que du bonheur. Des jeux de société  plein la table, des jouets déballés et jamais rangés, un gentil fouillis organisé au milieu des poupées, des legos et des dinosaures. Des odeurs de crêpes, de gaufres et de chocolat chaud. Des paillettes dans toute la maison, laissées par la robe de la reine des neiges qu’a gardée toute la journée ma petite Adèle. Des massages à l’huile d’amande douce pour préparer un sommeil paisible. Et le soir, dans le lit, Marina voulant dormir avec moi, des fous rires, le lit tellement défait qu’une mère chatte n’y aurait retrouvé ses chatons. Puis l’apaisement, des petits secrets partagés, des impressions sur le film « Belle et Sébastien » vu au cinéma dans la semaine.  Des devoirs aussi, Marina est en CE1, elle lit fort bien, elle est la deuxième de sa classe. Les poésies qu’elle apprend ne ressemblent pas du tout à celles que j’apprenais mais j’apprécie de les écouter réciter de sa petite voix douce qui m’émeut.

Derrière la porte close, vendredi soir, nous étions sept autour d’un gros plat de lasagnes que je m’étais appliquée à préparer pour mes petits, mon fiston et son épouse.  Enfin j’ai pu prendre dans mes bras ma petite-fille dernière-née que je n’avais pas vue depuis le 24 décembre, la faute aux rhumes et angines. Elle a un peu plus de trois mois, elle m’a souri comme jamais je n’aurais pu l’imaginer et l’espérer, elle me connait si peu ! Tout le monde a adoré mes lasagnes, la preuve ils se sont servis et resservis,  ma salade de fruits frais et mon gâteau à la poudre d’amande. Et moi je me suis régalée de leur présence. Et ma foi tout a été bien trop vite.

Alors voilà, ce soir je suis seule. La solitude c’est quand même trop triste…