Les lundis de Lakevio - Peinture de Aldo Baldwin

 

lakevio

Ah l’Italie ! J’ai aimé, j’aime et aimerai toujours ce pays gorgé de soleil, ses ruelles grouillantes et bruyantes. Ils parlent fort ces ritals de mon cœur, leurs mots et éclats de voix chantent inlassablement et leurs rires s’égrènent comme des notes de musique, sur les terres de mon rital à moi, celui que j’ai épousé il y a quarante-deux ans. Une famille accueillante, des bambino curieux, les petits plats dans les grands, la salle à manger, au sol recouvert de marbre, que l’on n’ouvre que dans les très grandes occasions. La voix perçante et affectueuse de zia Bruna qui nous tire de nos tendres conversations pour que l’on assiste à la préparation du minestrone ou des pâtes fraîches…

Avec le besoin impératif de retrouver ces morceaux d’éternité, je m’évade de mon quotidien,  je reviens là, à Mantova, sous les arcades, à l’abri du soleil dardant au printemps naissant. Indifférente à la joyeuse rumeur de la ville, je nous revois, jeunes et fourmillants d’heureux projets de vie.

Ai-je rêvé ?

Dites-moi,

Est-ce le bonheur

Ces souvenirs déjà lointains ?

Le bonheur passe-t-il par le ciel tourmenté

Qui s’offre aujourd’hui à mon regard ?

Et par le soleil qui apparaît furtivement

Puis disparait

Derrière les nuages noirs ?

Nuages qui roulent et déboulent

Où vont-ils, vers quoi, vers qui ?

Sont-ils la vie, ma vie ?

Il ne me reste plus maintenant

Que le temps

De ressortir mes crayons de couleurs

Pour déposer de-ci de-là une touche de bonheur.

 

Roberto Alagna _ Sicilian _ Parla piu piano