Les lundis de Lakevio - Harold Harvey - Cornish children

lakevio

-      Ben mon Jeannot, que fais-tu là, étalé dans ce pré ? Oh mais ça n’a pas l’air d’aller, on dirait bien que tu as pleuré.

-      Mais non Lucie, c’est pas vrai, d’abord fiche moi la paix, va-t’en !

(disant ces mots, Jeannot éclate en sanglots, Lucie s’agenouille près de lui)

-      J’en ai marre, marre et marre, tu comprends ! mes parents me saoulent, en ce moment il n’y a que la politique qui compte, les présidentielles… la politique et leur boulot. Ils courent tout le temps, même le week-end ils courent, il ne leur viendrait pas à l’idée de venir avec moi se reposer dans ce joli pré fleuri… tu vois, un pique-nique au milieu de ces fleurs, c’est pourtant simple et joyeux. Eh bien non, maman astique une  maison où personne ne semble vivre heureux, papa est sur son ordinateur à établir le bilan de sa semaine professionnelle. Et moi je suis là, transparent, c’est comme si je n’existais pas. Seul le chat vient se frotter contre mes jambes en ronronnant. Oh bien sûr, je ne manque de rien sur le plan matériel et je sais que malgré tout cela mes parents m’aiment et me protègent… mais j’aimerais tellement qu’ils arrêtent un peu de courir et de ne penser qu’à leur travail !  dis-moi Lucie, c’est ça être un adulte ?

-      Non Jeannot, ce n’est pas tout à fait ça, viens, allons embrasser tes parents, tu sais dans la vie il faut parfois faire les premiers pas.