lakevio

Albert marquet - Le grand olivier, proposé par Lakevio

Ce week-end a tellement été chargé en festivités et joyeusetés diverses et variées que je n’ai pas pris le temps de réfléchir au devoir de notre chère Lakevio. (Pourtant, oh dites, c’est que j’ai pas envie de redoubler, moi !)

Mais en revenant de la fête médiévale, j’étais heureuse. Tout en conduisant, lentement et sans stress, je revivais mon après-midi. J’ai rencontré des gens adorables, j’ai félicité de tout petits enfants qui gravissaient courageusement la côte qui mène au site, j’ai caressé des chiens, j’ai bu du café en contemplant le somptueux cadre de montagnes et végétation luxuriante, j’ai senti le parfum des roses, j’ai marché au soleil qui a joliment coloré ma peau. Et, comme un flash j’ai eu devant les yeux l’aquarelle proposée par Lakevio. J’ai alors imaginé une petite histoire sur ce joli banc niché dans la verdure…

 

Matin et soir, j’emprunte cette petite ruelle ombragée et fleurie. Je sors ma chienne, enfin c’est plutôt elle qui me sort, en effet elle tire comme une furie sur sa laisse, et puis il est certain que sans elle je ne sortirais pas beaucoup. Je suis un peu timide, farouche, sauvage, ou paresseuse… appelez ça comme vous voulez. Bref, il n’y a qu’en arrivant devant ce banc qu’elle ralentit la cadence. Un monsieur est assis là, son chien couché à ses pieds. Les deux animaux se regardent, sans parler japper, l’une continuant sa route, l’autre immobile aux pieds de son maître. Ce petit rituel a duré des mois. Histoire sans paroles. Un soir ma petite compagne à quatre pattes s’est arrêtée devant le banc. Il y eut échange de bisous sur truffe chaude. (Non non et non, les bipèdes n’ont pas fait de même, d’abord nous on n’a pas une truffe, voulez-vous bien avoir deux sous de romantisme ! j’anticipe là, je vous connais trop). Ainsi fut prise l’habitude de se retrouver sur le banc à l'ombre de l'olivier centenaire (ah comme il a dû en voir et entendre de jolies histoires !), de papoter, de refaire le monde, d’échafauder un ou deux projets, de faire quelques rêves, éveillés. Mais vous n’aurez pas plus de détails, il se fait tard et j’ai sommeil, ce soir la fête est finie, j’ai besoin de me reposer, je vais m’endormir avec le sourire en revoyant les personnes qui m’ont fait rêver… ah si, une dernière chose, le banc est désormais désert, on s’est mariés, entre deux témoins : son chien et le mien. I have a dream !